Projet controversé de transformation du Théâtre national de Brno

Daniel Dvorak, photo: CTK

Depuis le 1er août, le Théâtre national de Brno, qui est le deuxième établissement de son genre en République tchèque, a un nouveau directeur. C'est Daniel Dvorak, ancien chef du Théâtre national de Prague, qui est sorti vainqueur d'un appel à candidatures et a été installé dans sa nouvelle fonction par la municipalité de Brno. Son projet de transformation radicale du Théâtre national de Brno, a suscité de vives réactions.

Daniel Dvorak, photo: CTK
Le Théâtre national de Brno est une importante institution culturelle qui réunit trois ensembles - l'opéra, le théâtre dramatique et le ballet. Il est difficile de gérer une telle institution avec un budget annuel de 200 millions de couronnes, quelque 7 millions d'euros. Le directeur précédent, Zdenek Prokes, n'y réussissait pas et le théâtre accumulait un déficit de plus en plus inquiétant. C'est pourquoi la municipalité de Brno l'a rappelé et lancé un appel à candidatures. Le maire de Brno, Roman Onderka, a nettement défini les attentes que la municipalité liait au nouveau directeur.

« J'attend de la part du nouveau directeur une meilleur approche du marketing et des finances. Je n'attends pas que le directeur demande un supplément de subventions. J'attends une augmentation du nombre des spectateurs dans les théâtres. J'espère que ce sera un directeur qui travaillera pour la ville de Brno et pour le Théâtre national. »

Dans son projet, Daniel Dvorak a osé mettre en cause les structures traditionnelles de cette institution vénérable qu'est le théâtre de Brno :

« Il n'y a pas beaucoup d'argent et il faut se poser donc la question si nous allons conserver un théâtre de trois ensembles en cherchant de nouvelles ressources financières, ou si nous allons baser nos activités sur les moyens financiers qui sont à notre disposition en définissant quel meilleur théâtre nous sommes capables de créer avec ces moyens. »

Une telle solution risque cependant de provoquer de vives tensions dans les milieux culturels moraves. Parmi les adversaires de cette idée il y a aussi le doyen de la Faculté de théâtre de Brno Josef Kovalcuk :

« Le Théâtre national de Brno est un grand théâtre déjà à cause des édifices dans lesquels il joue. C'est le théâtre de grandes formes, c'est à dire de l'opéra mais aussi du grand répertoire dramatique et du grand ballet. Dans ce sens, il est le partenaire dans le dialogue et la discussion avec le Théâtre national de Prague. »

Selon Daniel Dvorak, une éventuelle suppression de la troupe de théâtre dramatique est une décision trop importante pour qu'elle soit prise par un seul homme. A son avis, le verdict ne doit tomber qu'après une discussion avec les représentants de la ville et des gens de théâtre de Brno. Et Daniel Dvorak d'exhorter la municipalité à se presser, car si sa nouvelle conception doit être réalisée à partir de la saison 2008-2009, la décision doit être prise au plus tard en septembre 2007.