Radar US : les militants Greenpeace évacués du lieu d’implantation

Photo: CTK

La police militaire tchèque a évacué, lundi, sept militants pacifistes de Greenpeace qui occupaient depuis six semaines la cote géographique 718, dans le camp militaire de Brdy, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Prague. Cette cote 718, selon les cartes, est l’endroit choisi pour la base radar que les Américains souhaitent implanter en République tchèque dans le cadre du déploiement du système de défense antimissile.

Photo: CTK
Même si elles ne traduisent que faiblement l’opposition de l’opinion publique tchèque, qui s’élève à près de 70 % selon un très récent sondage, les mouvements de protestation des militants anti-radar se succèdent depuis quelque temps. La semaine dernière, deux militants de l’initiative « Non au radar » ont ainsi achevé une grève de la faim longue de vingt jours sans toutefois être parvenus à obtenir ce qu’ils réclamaient et à un fléchissement sur ses positions du gouvernement. Et lundi après-midi, ce sont donc sept membres de l’association Greenpeace qui ont été contraints de quitter les lieux sur lesquels le radar américain devrait être installé, lieux qu’ils occupaient depuis la fin du mois d’avril en signe de protestation. Une intervention de l’armée dont le Premier ministre, Mirek Topolánek, a estimé qu’elle était tout à fait dans l’ordre des choses :

Mirek Topolánek, photo: CTK
« J’en suis informé. Personnellement, je pense qu’il s’agit d’une zone militaire. Il est vrai que la violation de cet espace ne constitue qu’une infraction. Mais si cette infraction se répète, il me semble légitime que l’armée ait finalement décidé d’intervenir. J’espère simplement qu’elle ait intervenu avec tact sans menacer ce qui peut l’être dans ces cas-là, à savoir la santé et la propriété. »

Photo: CTK
La police militaire est intervenue après que les écologistes n’aient pas donné suite à leur invitation répétée de quitter les lieux sur lesquels ils campaient sans autorisation. Leur évacuation s’est toutefois passée sans heurts et sans que les militants n’opposent de résistance. Il y a une semaine, ces derniers avaient proclamé sur la cote leur « Etat » baptisé Peaceland, un Etat dont le principe de base était l’interdiction du port d’armes.

La République tchèque et les Etats-Unis poursuivent actuellement leurs négociations et un accord devrait être prochainement signé entre les deux parties sur l’installation du radar à l’horizon 2011-2013.