Retour vers le passé pour les 125 ans de Škoda : un jeu de réalité virtuelle 100 % pragois

Škoda Time Machine, source: Brainz Immersive

Ce n’est pas au volant de la DeLorean de Marty McFly, mais à celui d’une Škoda  que vous entamerez une course en réalité virtuelle (VR) à travers le temps. C’est ce que propose le jeu en VR intitulé « Škoda Time Machine », un projet fraîchement développé et né de la collaboration entre la marque éponyme et le studio de création pragois Brainz Immersive.

Škoda Time Machine, source: Brainz Immersive

Brainz Studios est un groupe indépendant de studios créatifs principalement centré sur la conception et le développement des nouvelles technologies. Ses deux principales composantes sont Brainz Disruptive, un studio tourné vers l’innovation numérique, et Brainz Immersive dont les spécialités sont la réalité virtuelle et la réalité  augmentée.

Škoda Time Machine, source: Brainz Immersive

Pour célébrer son 125ème anniversaire, l’emblématique constructeur de voitures tchèque Škoda, filiale du groupe Volkswagen, a ainsi travaillé avec Brainz Immersive afin de créer un jeu de course immersif dans un environnement numérique. Un volant permettant d’accueillir les manettes a même été conçu et imprimé grâce à une imprimante 3D.

Škoda Time Machine offre une expérience de réalité virtuelle inédite en proposant au joueur de conduire à travers un siècle d’histoire de l’industrie automobile. Il essaye dix voitures différentes sorties des usines de l’un des plus anciens constructeurs automobiles de la famille Volkswagen. Le conducteur commence alors la course à bord d’une Laurin Klement Voiturette de 1905 et parcourt les 125 années d’existence de Škoda jusqu’au tout nouveau prototype électrique Vision iV. Niveau après niveau, il expérimente une aventure ludique et historique, le tout plongé dans une interface visuelle lui permettant de constater le chemin parcouru dans l’industrie automobile.

Robin Pultera, photo: LinkedIn de Robin Pultera

Robin Pultera, PDG de Brainz Studios nous en dit plus sur la réalité virtuelle et comment elle s’est retrouvée appliquée au jeu Škoda Time Machine :

« La réalité virtuelle est difficile à expliquer juste avec des mots et sans jamais avoir essayé. C’est un support très immersif qui nous plonge littéralement dans le monde numérique. Il faut mettre le casque de réalité virtuelle qui englobe la vue et l’ouïe. On évolue ensuite dans un environnement virtuel. Dans le cas de ce jeu vidéo, on se retrouve au volant d’une des plus anciennes voitures de Škoda. Elle nous apparaît vue du dessus comme une voiture miniature et on la conduit, grâce à un volant virtuel, à travers différents environnements rappelant l’évolution de la marque au fil du temps. C’est donc un jeu de course fantastique en réalité virtuelle. »

Škoda Time Machine, source: Brainz Immersive

Le secteur de la création numérique est fortement implanté en République tchèque, d’où l’intérêt pour Škoda de faire appel à un studio local 100% pragois.

« De nombreux studios spécialisés dans la création numérique sont présents en République tchèque et chacun a sa spécialisation. Certains sont plus tournés vers les aspects stratégiques et Brainz Studios s’est fortement concentré sur la conception et la création. D’une façon générale, le marché de la création est très bien implanté et la République tchèque compte de très bons studios. »

« Une très forte communauté de studios orientés vers la conception de jeux vidéo est présente en République tchèque. C’est le cas à Brno par exemple, la deuxième plus grande ville du pays. Avec Prague, elles constituent les deux principaux foyers de studios de création. »

Škoda Time Machine, source: Brainz Immersive

Cette réputation dont jouissent les studios de création tchèque suscite une demande croissante venant des pays européens. Néanmoins, le marché est encore en plein essor et la part de clients tchèques reste plus importante pour le moment.

« Nous avons des clients étrangers même s’ils ne constituent pas la part la plus importante de notre clientèle, à hauteur d’un cinquième je dirais. Le marché de la réalité virtuelle est encore petit comparé à d’autres domaines du numérique. Les studios de création spécialisés dans cette branche sont très sollicités. Nous recevons des demandes de partout en Europe car les bons studios dans le domaine de la réalité virtuelle sont assez prisés du fait d’un marché qui n’est pas encore arrivé à saturation. C’est un milieu assez compétitif. »

Škoda Time Machine, source: Brainz Immersive

La réalité virtuelle peut s’appliquer à de nombreux domaines comme la culture et l’éducation ce qui participe grandement à son développement. Cette nouvelle technologie présente l’avantage de ne pas être trop onéreuse et de nombreuses entreprises sont encouragées à travailler davantage avec. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui avec les restrictions liées au Covid-19.

Robin Pultera ne se fait guère d’inquiétude quant à l’évolution du secteur de la réalité virtuelle. La pandémie de coronavirus a même profité à cette technologie, lui permettant de s’implanter davantage. Ce support est en bonne voie de devenir incontournable.

Škoda Time Machine, source: Brainz Immersive

« Cela peut faire peur mais le futur se destine à être en quelque sorte de plus en plus virtuel. Bien sûr, le Covid a limité le contact physique mais la réalité virtuelle ou la réalité augmentée sont des intermédiaires permettant de passer au travers de ces obstacles. Avec la réalité augmentée, on peut amener ou présenter du contenu directement chez les gens avec des sortes d’hologrammes. Pour ce qui est de la réalité virtuelle, il est possible de transférer ce contenu dans le monde numérique et en quelque sorte de le téléporter n’importe où sans barrières physiques. Cette technologie suscite de plus en plus l’intérêt mais il est encore trop tôt pour dire si celui-ci va permettre d’en accroître l’évolution et l’utilisation d’ici la fin de l’année. »

L’expérience de réalité virtuelle conçue par Brainz Immersive devait à l’origine être utilisée dans le musée de la marque Škoda ainsi que dans les différents salons de l’automobile. Toutefois, en raison de la pandémie de coronavirus, tous ces projets se sont vus compromis. Cela n'a pas arrêté les créateurs derrière cette machine à remonter le temps virtuelle. Le jeu est mis à disposition par téléchargement faisant de Škoda la toute première entreprise à se connecter ainsi avec les fans d'automobile. Après tout, il n'y a pas besoin de distanciation sociale avec la réalité virtuelle.