Saint Venceslas – duc de Bohême

San Venceslao

Nous allons nous plonger dans cette émission dans un passé très lointain. Le portrait de cette fois est consacré à un Tchèque très célèbre, connu de tous les habitants du pays mais aussi à l’étranger. Il s’agit du martyr et saint patron de la Bohême, Venceslas Ier, mieux connu sous le nom de saint Venceslas. La statue de ce grand personnage de l’histoire tchèque dressé sur son cheval, œuvre de Josef Vaclav Myslbek, domine la place Venceslas à Prague.

D’après les écrits historiques, Venceslas Ier, fils aîné de la princesse Drahomira II et du prince Vratislav Ier, est né en 907 ou 908. Le lieu de sa naissance n’a pas été déterminé avec certitude. Il semble qu’il ait été baptisé par un prêtre slave, disciple de l’apôtre Méthode. Sur l’initiative de sa grand-mère, la princesse Ludmila, le petit Venceslas commence à étudier les écrits slaves. Plus tard, son père, le prince Vratislav, l’envoie à l’école de l’église Saint-Pierre à Budec pour que son fils apprenne également le latin. Venceslas est un enfant extrêmement doué. Très vite, il sait lire, écrire et maîtrise non seulement le latin mais également le grec. Il est à noter que jusqu’à la fin du XIIIe siècle, les princes et les rois de Bohême étaient pratiquement tous illettrés. Un souverain instruit était donc plutôt rare.

Le père de Venceslas meurt accidentellement alors que ce dernier n’a que treize ans. Le jeune Venceslas est alors rappelé de Budec au Château de Prague en tant que prince héritier. Mais c’est sa mère, la princesse Drahomira, qui prend le pouvoir. L’éducation de ses enfants est confiée à sa belle-mère, la princesse Ludmila. Cela ne plait guère à Drahomira qui se sent offensée et couve en son cœur un sentiment de haine à l’encontre de sa belle-mère. Femme raisonnable, Ludmila décide de son propre grès de renoncer à la tutelle de ses petits-enfants et se réfugie au château de Tetin. Malheureusement, cela ne la protègera guère de l’esprit vindicatif de se belle-fille Drahomira qui la fait étrangler, probablement en septembre 921, par ses sbires Gomon et Tunna pendant son temps de prière.

Au printemps 922, le duc Arnulf de Bavière envahit le pays. Venceslas atteint sa quatorzième année, l’âge de la majorité à l’époque. Deux ans plus tard, le sceptre est placé entre ses mains et Venceslas prend le pouvoir. Drahomira et ses principaux partisans sont chassés de la cour et du pays. Quelque temps plus tard, Venceslas rappelle toutefois sa mère, qu’il honore au plus haut point à la cour. La Bohême est à nouveau menacée, cette fois-ci par Henri Ier l’Oiseleur. La situation est très grave. Venceslas était un souverain qui empruntait la voie d’une politique modérée et préférait la paix à la guerre et au carnage. Il signe avec Henri Ier l’Oiseleur un pacte de non- agression et promet de lui verser une redevance de 129 bœufs et 500 talents d’argent par an pour assurer la paix de son pays. Ce geste est très mal pris par certains nobles et surtout par son frère Boleslav Ier.

La cathédrale Saint-Guy
Les mérites de saint Venceslas dans l’essor de la Bohême sont considérables. Il a, entre autres, modifié le système judiciaire et réduit le recours à la peine capitale et à la torture. Il a fondé la troisième église au Château de Prague. Pour consacrer l’église à Saint-Guy, à l’époque patron des Saxons, il a demandé l’autorisation à l’évêque Tuton de Ratisbonne. Il s’agit bien de l’actuelle cathédrale Saint-Guy qui est la première construction en pierre au Château de Prague réalisée par les moines de France et de Bavière. Il a également fait construire des églises dans tous les châteaux du pays. Venceslas était un bon chrétien et un homme très instruit. Au cours de sa courte vie vertueuse il a apporté de l’aide aux pauvres, orphelins, prêtres, pèlerins et aux veuves.

Le frère de Venceslas, Boleslav Ier, brûle d’envie de prendre le pouvoir. La conspiration contre Venceslas culmine. Boleslav opte pour la ruse. Il invite son frère Venceslas à la fête des patrons de l’église de la ville de Stara Boleslav, située près de Prague. A l’entrée de l’église Venceslas est agressé par son propre frère et ses compagnons. Le coup porté est mortel et Venceslas s’affaisse devant la porte d’entrée de l’église. Le jour de son décès Venceslas n’était probablement âgé que de 28 ans.

Saint Venceslas Ier – duc de Bohême est considéré comme le prédécesseur des martyrs tchèques et il est le symbole de l’Etat tchèque. Une partie de sa dépouille mortelle repose au Château de Prague dans la cathédrale Saint-Guy et son crâne est exposé à l’occasion d’événements solennels. Au XIVe siècle, l’empereur germanique Charles IV, roi de Germanie et de Bohême, fils de Jean de Luxembourg, a décrété que la couronne des rois de Bohême, ladite couronne de Saint Venceslas, qu’il a symboliquement dédiée à ce saint tchèque, devait reposer, en dehors des cérémonies de couronnement, sur le crâne de saint Venceslas.

Saint Venceslas duc de La Bohême, notre prince,

Prie pour nous, Dieu et le Saint Esprit, Kyrie eleison.

Toi, héritier de la Bohême, n’oublie pas ton peuple.

Saint Venceslas, ne nous laisse pas périr, ni les générations futures,

Kyrie eleison.

Nous demandons ton aide, aie pitié de nous, réconforte les tristes gens,

Saint Venceslas chasse le mal, Kyrie eleison.

C’était les paroles du choral de saint Venceslas.