Saut à ski : le vol brisé de Jakub Janda ?

Jakub Janda, photo: CTK

Lauréat de la Coupe du monde de saut à ski l'hiver dernier, Jakub Janda pourrait ne pas défendre son titre la saison prochaine. En cause : les revenus financiers découlant des espaces réservés à la publicité sur les skis, la combinaison et le casque de chaque sauteur. Le premier Tchèque vainqueur d'une Coupe du monde de ski, toutes disciplines confondues, a jusqu'à présent refusé de signer le contrat avec la section de saut de la Fédération tchèque de ski, chaque partie défendant ses propres intérêts financiers.

Jakub Janda, photo: CTK
D'un côté, la section en charge du saut au sein de la Fédération tchèque de ski. Celle-ci exige de Jakub Janda qu'il signe le contrat qui lie tous les sauteurs tchèques à la section. Ce contrat oblige chacun d'entre eux à arborer sur son équipement les noms des sponsors partenaires de la section de saut. Cette même section estime donc avoir besoin de tous les espaces publicitaires disponibles sur les skis, la combinaison et le casque de chaque sauteur, espaces qu'elle a loués à ses sponsors, et ce afin de pouvoir financer l'ensemble de ses activités et celles des clubs, ainsi que les équipements et la préparation de tous les concurrents tchèques, de Janda aux plus jeunes débutants.

De l'autre côté, Jakub Janda et son manager Frantisek Jez. Ce dernier estime que c'est grâce aux résultats de Janda, vainqueur notamment de cinq épreuves de Coupe du monde et de la prestigieuse Tournée des quatre tremplins la saison dernière, que la section de saut de la fédération a pu augmenter ses revenus de publicité. En échange de cette plus-value, l'entourage de Jakub Janda réclame de pouvoir disposer lui-même d'une partie des espaces publicitaires disponibles sur son équipement ou de recevoir une compensation financière dont Frantisek Jez ne veut pas révéler le montant, mais qui s'était élevée à environ 37 000 euros la saison dernière et que la section de saut refuse cette fois de lui verser. En résumé, le camp Janda estime que le potentiel commercial de l'une des nouvelles vedettes du sport tchèque est plus important que ce que rapporte le contrat avec la section de saut de la fédération.

Les deux parties ne parvenant pas à trouver de compromis satisfaisant, la section de saut a donc décidé, mardi, de réclamer auprès de la fédération la suspension de Jakub Janda de toute compétition jusqu'à ce qu'il signe ce fameux contrat. Le comité directeur de la fédération entend se prononcer d'ici à la fin de la semaine mais cherche d'ores et déjà à faire preuve de diplomatie. Ses responsables envisagent notamment la mise en place d'un système de bonifications financières pour ceux qui seraient les « top-représentants », à savoir tous les meilleurs skieurs, quelle que soit leur discipline. Une possibilité à laquelle l'entourage de Janda n'est pas opposé mais qui, si elle n'aboutissait pas, pourrait pousser le vainqueur de la Coupe du monde à tirer un trait sur la saison à venir.