Un palais pour la justice pragoise

L'Ombudsman Otakar Motejl devant le nouveau palais de justice, photo: CTK
0:00
/
0:00

Le nouveau palais de justice a ouvert ses portes à Prague. Les bâtisseurs de cet ensemble d'institutions judiciaires, qui est le plus grand de République tchèque, désiraient donner à la justice pragoise la sécurité et le confort.

L'ombudsman Otakar Motejl devant le nouveau palais de justice, photo: CTK
C'était un grand déménagement pour les tribunaux et les parquets des 4e, 8e, 9e et 10e arrondissement de Prague qui vivotaient souvent dans des conditions précaires. Le juge Lubos Vlasak évoque cette situation qui devenait intenable.

«Je crois que c'est un pas dans la bonne direction parce que certains tribunaux pragois se trouvaient dans des édifices incompatibles avec la dignité de la justice. Par exemple dans la salle du tribunal du 2e arrondissement de Prague on n'entendait pratiquement rien parce que l'édifice était situé au bord d'une voie express qui canalise le trafic du centre de la ville, la cour du 9e arrondissement, elle, ne disposait que d'une salle d'audiences dont les dimensions ne dépassaient pas celles d'un simple bureau... »

Le nouveau palais de justice qui se trouve dans le 10e arrondissement de Prague abrite 98 salles d'audiences, 38 salles spéciales pour auditions à huis clos, 564 bureaux, 30 cellules de détention, une salle de ventes publiques et une bibliothèque spécialisée. Tout cela sera abrité dans un nouvel édifice et trois bâtiments d'une caserne désaffectée du XIXe siècle reconstruits de fond en comble. Les travaux ont commencé en 2003 et ont englouti 2 milliards et demi de couronnes, quelque 90 millions d'euros. Le budget prévu initialement a été dépassé de quelque 600 millions de couronnes ce qui ne serait pas dû, selon le rapport de l'Office suprême de contrôle, au gaspillage au cours des travaux mais au projet initial bâclé.

Le nouveau palais de justice, photo: CTK
Le palais a tout de même été conçu selon les critères modernes. Les espaces réservés aux employés et au public sont complètement séparés. Grâce à la disposition intérieure des édifices les magistrats et le public ne se rencontreront que dans la salle d'audiences. Les édifices sont équipés aussi d'une technique spéciale pour les interrogatoires des témoins secrets. Seul le juge disposera donc de la possibilité de voir le témoin sur un petit écran, mais le témoin restera invisible pour les autres personnes présentes dans la salle. Sa voix sera rendue méconnaissable par des installations sophistiquées.

Le nouveau palais de la justice sera profitable aussi pour les tribunaux pragois qui n'ont pas eu le privilège de s'installer sous son toit. Une partie de ces institutions pourra aménager dans les immeubles restés vacants après le départ des tribunaux et des parquets de quatre arrondissements pragois et de leur installation dans leur nouveau siège.