Une longue crise gouvernementale en perspective

Miroslav Kalousek et Mirek Topolanek, photo: CTK

A moins qu'un ou plusieurs députés sociaux-démocrates trahissent leur parti pour rejoindre les rangs de l'ODS - ce qui s'est déjà produit dans le passé -, les chances pour le gouvernement que tente de former l'ODS, avec les chrétiens démocrates (KDU-CSL) et les Verts (SZ), d'obtenir la confiance de la majorité des députés sont plus que minces, vu la nouvelle composition de la Chambre basse.

Jiri Paroubek et Bohuslav Sobotka, photo: CTK
Bon nombre d'analystes et de politologues ne voient d'issue possible que dans la formation d'une grande coalition «à l'allemande», au sein de laquelle seraient réunis ODS et CSSD. Une coalition d'où serait évincé le chef du gouvernement sortant Jiri Paroubek, fustigé de toutes parts pour avoir «pété les plombs» le soir des résultats, en refusant d'abord de reconnaître sa défaite et en comparant les méthodes de son adversaire pendant la campagne au putsch communiste de 1948. Poussé à bout au terme d'une rude campagne à la fin de laquelle il a même été accusé de collusion avec la mafia et de pédophilie, Jiri Paroubek s'est déconsidéré ce soir-là aux yeux de beaucoup de ses concitoyens.

Même s'il a mis depuis un peu d'eau dans son vin, son attitude semble avoir compromis les chances d'une alliance entre les deux principaux partis du pays tant qu'il restera à la tête du CSSD, d'autant que le chef de l'Etat, fondateur et toujours président d'honneur de l'ODS, pourrait profiter de l'occasion pour se débarrasser enfin d'un adversaire de taille.

Miroslav Kalousek et Mirek Topolanek, photo: CTK
Lundi soir, Jiri Paroubek posait un ultimatum: son parti ne soutiendra aucun gouvernement qui ne sera pas un «cabinet d'experts» indépendants de toute formation politique, du même type que celui nommé par Vaclav Havel en 1997 pour résoudre une précédente crise. Pour le politologue Zdenek Zboril, cette stratégie est claire: « Un tel gouvernement d'experts étant toujours provisoire, cela signifie que le CSSD table sur des élections anticipées ».

Des élections anticipées que d'autres analystes, comme Petr Just, prévoient être organisées dès l'automne:

« Je pense que personne ne va parvenir dans ces circonstances à former un gouvernement viable et que des élections anticipées pourraient finir par être organisées, peut-être en même temps que les prochaines élections municipales et sénatoriales partielles. »

Les élections municipales et sénatoriales sont prévues vers la fin du mois d'octobre prochain. Bref, cette nouvelle crise gouvernementale semble loin d'être terminée...