Une maison imprimée en 3D exposée à Prague

/c/rozhlas/bydleni/3d_dum.jpg

Le premier prototype tchèque d'une maison sortie d’une imprimante en trois dimensions a été dévoilé sur l'île Střelecký ostrov, dans la capitale. Un projet innovant par bien des aspects.

Michal Trpák, photo: Scoolpt

Une maison écologique, construite en 48 heures et conçue pour durer cent ans, c’est possible ! C’est le projet au doux nom de Prvok. Créée à České Budějovice par un sculpteur, une équipe d’architectes et le studio d’impression 3D Scoolpt, et actuellement en exposition à Prague, cette demeure de 43m2, dont le ressenti est bien moindre il faut le reconnaître, comprend une chambre, un salon avec cuisine ainsi qu’une salle de bains. Il s’agit d’une première en République tchèque.

La maison peut être réalisée selon la forme de son choix, dans la mesure du possible, et être installée à la ville, à la campagne ou même sur une base flottante. Un prototype unique au monde selon son créateur, Michal Trpák, qui explique au micro de Radio Prague International l’aspect révolutionnaire de cette méthode de fabrication :

La maison imprimée en 3D, photo: Vojtěch Tomášek, ČRo

« Il vous suffit de créer votre design à l'aide d'un logiciel ou de l'argile. Vous scannez ensuite cela en 3D et créez avec la technologie. Cela présente certainement de nombreux avantages. Cependant, il existe certaines limites. Vous ne pouvez pas faire de tunnels ou de grandes courbes, car vous combattez alors la gravité et le mur tomberait. Il y a des limites, mais lorsque vous les connaissez, vous pouvez profiter de la technologie. Je pense qu'une fois que les architectes et les designers se familiariseront avec cette méthode, cela changera complètement l'architecture telle que nous la connaissons. L'aspect visuel de l'architecture sera complètement différent grâce à cette technologie. »

La maison imprimée en 3D, photo: Vojtěch Tomášek, ČRo

Cette technologie coule la maison couche après couche pour la terminer en seulement 48 heures. Elle utilise du béton spécial, dans lequel figurent des fibres de nano-propylène, des plastifiants et un accélérateur de renforcement. Cela permet une meilleure modulation du matériau, donc plus malléable pour former la structure du bâtiment. Mais la maison possède aussi des éléments naturels pour sa fabrication précise son créateur :

« La maison que nous avons faite n'est pas entièrement imprimée en 3D. Elle comporte deux parties imprimées ainsi qu’une partie centrale dont la structure est en bois avec un mur végétal et un toit. Nous combinons le meilleur des maisons en bois et de l'impression 3D. »

La maison imprimée en 3D, photo: Vojtěch Tomášek, ČRo

Précisons aussi qu’elle comporte, évidemment, des fenêtres. Conçue comme une maison de loisirs ou de campagne pour les couples ou les petites familles, cette propriété peut également servir d’habitat écologique pour toute l’année. En effet, ses créateurs ont pour objectif d’offrir des maisons plus respectueuses de la nature. Un réservoir en son sein permet de recycler l’eau, pour la boire ou pour les utilités, ce qui crée un modèle de maison partiellement auto-suffisante. De plus, elle éliminerait au moins 20% des émissions de dioxyde de carbone émises par une construction traditionnelle. Un retour à la nature selon Michal Trpák :

« C’est un peu comme un abri ou une grotte. Lorsque vous avez une maison imprimée en 3D, c'est plus ou moins comme retourner dans des grottes, mais des grottes artificielles. Les grottes étaient autrefois un abri, alors pourquoi ne pas construire une grotte en 3D pour vivre. Vous pouvez également mettre du gravier et de l'herbe dessus et la maison peut être cachée dans la nature ou dans l'environnement. »

La maison imprimée en 3D, photo: Vojtěch Tomášek, ČRo

Le modèle exposé en ce moment à Prague n’est encore qu’un prototype, la technologie d’impression 3D n’étant pas encore perfectionnée. Mais cela pourrait bien ressembler à la maison du futur. C’est en tout cas ce que pense son créateur :

« Il y aura de plus en plus d'entreprises qui s'habitueront à cette technologie qui n'en est qu'à ses débuts. Elle est encore en cours de développement, de test, et il reste encore quelques questions à résoudre. Cependant, je crois que dans cinq ans, il y aura beaucoup plus de logements 3D. »

La maison imprimée en 3D, photo: Vojtěch Tomášek, ČRo

Si ce système de conception permet d’économiser jusqu’à 50% des coûts de fabrication d’une maison normale, selon ses adeptes, son prix sera, dans un premier temps, entre 3,5 et 4 millions de CZK (soit entre 134 000 et 153 000 euros), au-dessus de la moyenne du prix par mètre carré en République tchèque mais inférieur à celle de Prague, les prix dans la capitale ne cessant d’augmenter.

Une deuxième génération est en préparation d’après Michal Trpák. Il compte faire baisser le prix aux alentours de 112 000 euros. Le créateur anticipe déjà une troisième génération à la moitié de cette somme. Des nouveaux modèles pour lesquels il envisage la conception en 3D du toit et éventuellement une maison à deux étages, inconcevables à l’heure actuelle. Mais avec l’évolution des technologies et une volonté toujours plus assumée de réduire son impact environnemental, cette maison en impression 3D pourrait bien être l’avenir du logement.

La maison imprimée en 3D, photo: Vojtěch Tomášek, ČRo