Une visite du château de Kynzvart

r_2100x1400_radio_praha.png

Après un long hiver, les châteaux en République tchèque ont rouvert, le 1er avril, leurs portes. Pour commencer la nouvelle saison, je vous invite dans un magnifique château empire, Kynzvart, qui se trouve dans la ville d'eau du même nom, dans la région la plus occidentale de Bohême, Cheb.

Après un long hiver, les châteaux en République tchèque ont rouvert, le 1er avril, leurs portes. Pour commencer la nouvelle saison, je vous invite dans un magnifique château empire, Kynzvart, qui se trouve dans la ville d'eau du même nom, dans la région la plus occidentale de Bohême, Cheb. Kynzvart est situé au milieu du triangle de trois célèbres villes d'eau - Marianske Lazne, Frantiskovy Lazne et Karlovy Vary. Parmi elles, Kynzvart est la plus petite, mais sans aucun doute la plus pittoresque. Or, c'est le château qui attire des touristes à Kynzvart. Le château est célèbre grâce au Prince Metternich, chancelier autrichien, qui avait ici sa résidence. Les récents travaux de restauration ont donné au château un nouvel éclat. Il convient de rappeler que l'U.E. a accordé, par l'intermédiaire du programme Phare, presque un million d'Euros à la restauration de ce monument unique. Les restaurateurs de Bohême occidentale ont été récompensés pour leur travail réussi et exemplaire par le prix de l'organisation Europa Nostra remis à Copenhague.

Le domaine de Kynzvart, confisqué à la noblesse tchèque après la bataille de la Montagne Blanche, a incombé à la famille Metternich de Rhénanie, en 1623. Elle allait la garder jusqu'à 1945. Les capacités exceptionnelles et le charisme de certains membres de cette famille, la concentration unique de collections d'art, de livres, de monuments précieux portant l'empreinte de l'authenticité historique, la dimension européenne accentuée par la présence de grandes figures de la culture européenne, tout cela a fait de Kynzvart un lieu d'inspiration qui mérite, sans exagération quelconque, d'être appelé le phénomène Kynzvart. Les traces de ce rare phénomène sont tout particulièrement intenses dans la bibliothèque et au cabinet des curiosités que nous allons visiter tout de suite. Mais un peu d'histoire d'abord.

Entre 1681 - 1691, le comte Philippe Emmerich von Metternich a fait construire, sur l'emplacement de l'ancienne forteresse Renaissance délabrée, un château baroque. Celui-ci a subi, entre 1820 - 1833, un remaniement empire en style du classicisme viennois dont il est resté empreint jusqu'à présent. Le château fut alors la résidence du prince Klemens Wenzel, prince de Metternich, ministre autrichien des affaires étrangères, chancelier autrichien et politicien d'influence européenne: c'est selon sa mise en scène que se déroula le congrès de Vienne réglant les rapports internationaux après la défaite de Napoléon. Au début de l'année révolutionnaire 1848, le chancelier a offert sa démission. Jusqu'à sa mort, en juin 1859, il séjourna à Kynzvart.

Nous essayerons maintenant de vous transmettre des impressions inoubliables de la visite du château. Commençons par les collections d'oeuvres d'art qui font partie intégrante et naturelle des intérieurs représentatifs. Parmi les objets les plus précieux, il y a 4 tableaux sur panneaux du gothique tardif du peintre allemand Bernard Strigel de 1510, présentant la légende de la trouvaille de la Croix sainte. Il y a aussi une très précieuse tapisserie française Renaissance. En 1908, le prince Metternich a fait déménager à Kynzvart une importante partie de sa collection qui se trouvait dans sa villa viennoise et qui contenait une trentaine de tableaux, plus de 150 miniatures, une quarantaine de précieuses plastiques en marbre, des bustes, des reliefs et des vases décoratifs de style empire.

La bibliothèque du chancelier Metternich se range parmi les plus importantes bibliothèques aristocratiques en République tchèque. Elle contient plus de 12 000 titres en 24 000 tomes. Parmi les 160 manuscrits, il y a un fragment des cinq livres de Moïse du tournant des 8 - 9èmes siècles et deux lettres autographes de saint Bernard de Clairvaux du 12e siècle. Les 230 incunables constituent l'une des plus importantes collections en son genre. Un vrai bijou de la bibliothèque de Kynzvart, un psautier richement illuminé du 13e siècle. Du 14e siècle date un autre manuscrit richement illuminé - "Histoire de France". La bibliothèque abrite des ?uvres de tous les domaines de la connaissance humaine.

Le cabinet des curiosités figure parmi les plus anciens musées d'antiquités d'Europe accessibles au public. Sa naissance est liée à la personnalité du dernier bourreau de Cheb, Karel Hussa, qui fut un chercheur et un philosophe marquant de la région. Ses collections de monnaie et de curiosités ont posé des bases de ce cabinet. La collection numismatique contient 11 000 exemplaires et on y trouve des pièces antiques, moyenâgeuses et orientales. Une partie importante du cabinet sont des objets personnels des personnalités connues: l'épée du roi Louis XIV, l'amulette turque de Lord Byron, le livre des prières de la reine de France Marie Antoinette, le bureau et le fauteuil d'Alexandre Dumas, le manuscrit d'une partition de Richard Wagner dédiée à la princesse Paulina de Metternich. Le cabinet des curiosités a été enrichi de trouvailles archéologiques de Grèce et de Rome antiques, des fouilles de Pompei, d'objets du Mexique, du Pérou, et des momies égyptiennes offertes en don par le vice-roi, Muhammad Ali. On y trouve entre autres aussi une brique de la tour de Babylone, un fragment de la pierre du Temple de Jérusalem, etc, etc... La fin de la carrière politique du chancelier Metternich est évoquée par un boulet de canon ayant pénétré dans son cabinet de travail lors du bombardement de Vienne, en 1848. De nombreuses curiosités documentent les progrès techniques et l'habileté des artisans: des caméss de pierre précieuses, des gemmes, des bagues, des cachets... ainsi que des daguerréotypes les plus anciens, y compris un exemplaire authentique offert par Daguerre à Metternich.

Las de cette visite, nous pouvons terminer notre promenade dans le parc du château, lui aussi une perle du style empire. Son fondateur, le jardinier viennois Riedl, l'a conçu de façon permettant trois échappées de vues du château. La partie sud du parc est enfermée par un salon de thé et la chapelle de la Sainte-Croix. Au nord-ouest, le chancelier a fait ériger un obélisque en hommage à l'empereur François 1er. Des fontaines, des sculptures, des pavillons romantiques, des coins de repos idylliques et des recoins cachés au milieu de la verdure complètent l'aménagement original du parc se distinguant, aussi, par son système d'étangs.

10
50.004167000000
12.605556000000
default
50.004167000000
12.605556000000