Visite du ministre tchèque des Affaires étrangères en Roumanie

r_2100x1400_radio_praha.png

Le ministre tchèque des AE, Jan Kavan, a visité la Roumanie. Il s'est entretenu avec son homologue roumain Petre Roman, et avec d'autres dirigeants roumains, de l'intégration de leur pays à l'OTAN et à l'Union européenne, mais aussi des relations bilatérales. On a parlé notamment de la politique de visas, de l'extension des échanges commerciaux et du programme d'aide pour la minorité tchèque en Roumanie. Jan Kavan a assuré ses interlocuteurs que la République tchèque ne prépare pas l'obligation de visas pour les ressortissants roumains avant l'adhésion de leur pays à l'Union européenne. Le ministre a manifesté l'espoir que le sommet de l'Union en 2002 invitera les dirigeants roumains à négocier sur l'intégration européenne de la Roumanie. D'autre part les deux parties ont constaté que la coopération économique tchéco-roumaine laisse à désirer et que les échanges commerciaux des deux pays ne correspondent pas à leurs possibilités. Les firmes roumaines ont été invitées à établir la liste des articles qu'elles pourraient exporter vers la République tchèque et la partie tchèque a promis de créer les conditions pour faciliter ces exportations. On a parlé également de l'arrestation en Roumanie de l'homme d'affaires tchèque Frantisek Priplata, propriétaire d'une laminerie à Iasi, dont le nom figure dans l'affaire de l'assassinat du leader syndical roumain Virgil Sahlean. Selon Jan Kavan on ne connaît pour l'instant aucune preuve convaincante d'une éventuelle complicité d'entrepreneurs tchèques dans cette affaire. Espérant que les organes compétents arriveront à élucider cette affaire, le ministre tchèque a manifesté sa pleine confiance en la justice roumaine.