Vos lettres et vos questions...

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Les lettres, les courriels et les suggestions que nous avons reçus ces derniers jours de votre part méritent d'être connus de l'ensemble des auditeurs de Radio Prague. Voici donc notre choix des passages intéressants de vos lettres et aussi des questions que vous y avez formulées et auxquelles nous allons répondre.

«Actuellement je continue de vivre le 70e anniversaire de votre station à travers les éditions du « Courrier des Auditeurs » ayant évoqué l'évènement, lisons-nous dans la lettre de M. Jacques Augustin de France. La QSL spéciale concrétise le soutien de Radio Prague aux ondes courtes pour réunir les auditeurs du monde entier dans un climat de paix, d'amitié. Le « 73 de Radio Prague » apporte beaucoup, même si l'on y constate que certaines stations préfèrent abandonner les ondes courtes au profit de l'internet, du satellite. Alors vive Radio Prague, symbole de liberté et de renouveau mais aussi de culture après 1989. Parmi les autres émissions récemment, j'ai beaucoup aimé « La République tchèque au quotidien » traitant du dossier délicat que représente le tabagisme chez les jeunes, particulièrement chez les femmes. C'était un sujet difficile à gérer. »

«Je ne suis pas en avance pour souhaiter à votre station un joyeux anniversaire mais je le fais quand même, nous écrit M. Gilles Gautier de France. Les événements personnels m'ont beaucoup perturbé depuis un bon moment. Tout rentre doucement dans l'ordre, voilà. Joyeux anniversaire et encore de très nombreuses années de bonnes émissions. »

Merci M. Gautier, nous espérons que les événements auquel vous faîtes allusion ne perturbent plus votre paix intérieure et que l'avenir vous réserve une période de calme et de bonheur.


« Merci de me permettre d'écouter tant de programmes agréables et instructifs dans ma langue, nous écrit M. Marcel Lecerf de France. Vous émettez dans ma langue et je suis sûr de la qualité de vos programmes qui vous fera gagner un auditoire attentif. Question : la franc-maçonnerie existe-t-elle en République tchèque ? Et si elle existe, comment fonctionnent les loges ? »

La franc-maçonnerie existe en Bohême et en Moravie depuis 1740 où la première réunion maçonnique a eu lieu, mais la première loge a été crée une année plus tard, en 1741. Depuis ce temps-là les francs-maçons tchèques se multipliaient et avant la seconde guerre mondiale il y en avait en Tchécoslovaquie quelque 3500. Le régime communiste qui a pris le pouvoir en 1948 leur a cependant porté un coup grave. En 1951 ils se sont rendus compte que leurs loges étaient complètement infiltrées d'agents de la police secrète et ont décidé de dissoudre les loges. Elles ne seront recréées qu'au lendemain de la Révolution de velours et la chute du communisme en 1989. Aujourd'hui il y a en République tchèque plusieurs loges maçonniques dont la Grande loge de la République tchèque qui compte quelque 300 membres. Et nous avons même une loge francophone Alfons Mucha, loge qui porte le nom du célèbre peintre, lui aussi, franc-maçon.


Dans notre dernier courrier des auditeurs nous avons parlé de notre ancien collègue Omar Mounir qui se consacre aujourd'hui entièrement à son oeuvre littéraire. « A propos d'Omar Mounir, j'ai beaucoup de respect et d'admiration pour lui, nous écrit M. Philippe Marsan de France. Son livre « Madame Paris-Prague » que j'ai acheté au Radio Club du Perche, est passionnant. C'est vrai que cet auteur littéraire est de grande qualité, un homme courageux, et je lui souhaite une magnifique carrière d'écrivain.

Une question: Où en est en Tchéquie le Parti communiste de Bohême-Moravie? A-t-il encore une place importante en politique ? Ici, en France, nous préparons les présidentielles. »

Actuellement le Parti communiste de Bohême et de Moravie compte près de 90 000 membres dont l'âge moyen est de 65 ans. Aux législatives de 2002 il a obtenu 18,5% des suffrages et 41 sièges à la Chambre des députés ce qui en a fait la troisième formation la plus importante de la scène politique tchèque. Cependant, lors des dernières élections en juin 2006, elle n'a reçu que 12,8 % des voix et 26 sièges. Bien qu'il soit isolé sur la scène politique parce qu'on lui reproche notamment de ne pas se départir des aberrations des régimes communistes d'avant 1989, le parti reste incontournable. Actuellement aucun des partis représentés au Parlement n'ose former une coalition avec les communistes. Néanmoins, dans l'impasse post-électorale qui rend extrêmement difficile la formation du nouveau gouvernement tchèque, le rôle des députés communistes pourrait être encore très important.


C'est toujours un plaisir d'écouter vos émissions qui sont présentées de manière agréable, lisons-nous dans la lettre de Mme Anne-Gaëlle Richard de Belgique. Dans « Miroir de la société » du 14 septembre, j'ai écouté avec attention vos explications sur les groupes contestataires des années 80 et leur travail pour rendre la vie des Tchèques plus faciles. Le 7 septembre vous aviez parlé de la violence envers les femmes à la maison, ce n'est malheureusement pas seulement un problème tchèque mais aussi un problème en Belgique et souvent les femmes sont dépourvues d'endroit où se réfugier et n'osent sortir de leur couple car elles se retrouvent sans argent et parfois avec des enfants, mais je trouve qu'il faudrait qu'un certain nombre de policiers soit informé de manière spécifique sur ce problème ce qui permettrait sans doute d'enrayer ce genre d'événements. Pour le courrier des auditeurs ma question concerne les bibliothèques en République tchèque. Quelle est la plus ancienne ? Les bibliothèques publiques existent à-t-elles dans votre pays. Coûtent-elles cher?

La bibliothèque du couvent de Strahov, photo: CzechTourism
Il est difficile de dire laquelle des bibliothèques tchèques qui se sont conservées dans des couvents et dans des châteaux et la plus ancienne. Mais il est certain que la bibliothèque du couvent de Strahov à Prague est l'une d'elles. Le couvent a été fondé en 1143 et les livres les plus anciens conservés dans sa bibliothèque datent de la période de sa fondation. On y trouve notamment quelques codex romans d'une grande valeur historique. Quant aux bibliothèques publiques en République tchèque, elles sont très nombreuses et existent même dans les tout petits villages. Aujourd'hui, les lecteurs y viennent non seulement pour lire et emprunter des livres, mais aussi pour se brancher sur Internet. Les prix que les clients doivent payer diffèrent selon l'importance de la bibliothèque. On peut dire qu'en général ce sont les bibliothèques importantes de grandes villes et notamment celles de Prague qui sont les plus chères.


C'est la fin de cette émission consacrée à vos lettres. Merci de nous avoir écouté, merci de nous avoir écrit. Nous attendons vos prochaines lettres, vos courriels, vos questions et vos suggestions sur nos programmes.