Week-end sportif

Mirka Knapková, photo: www.ceskeveslovani.cz
0:00
/
0:00

Aviron : Mirka Knapková championne d’Europe de skiff ; Basket : les Tchèques ne participeront pas à l’Euro 2009 ; Football : bilan décevant pour les clubs tchèques en coupes d’Europe.

Aviron : Mirka Knapková championne d’Europe de skiff

Mirka Knapková a été sacrée championne d’Europe d’aviron dans la catégorie du skiff, samedi, sur le bassin olympique de Schinias, en Grèce. La Tchèque, cinquième aux Jeux olympiques de Pékin, a remporté la finale en 7’27’’. Elle a respectivement devancé de sept et huit secondes la Belge Annick De Decker et la Suissesse Regina Naunheim. En tête d’un bout à l’autre de la course longue de deux kilomètres, Mirka Knapková s’est donc partiellement consolée après la déception de ne pas avoir décroché de médaille olympique.

« J’ai effectivement mené de bout en bout, pour autant ça n’a pas été une victoire facile. A cause du vent et des prévisions météos, la finale a été avancée d’un jour, de dimanche à samedi. Ce qui fait que nous avons pris le départ de la finale seulement deux heures après l’arrivée de la demi-finale. Et croyez-moi, ramer à 100% deux fois deux kilomètres en si peu de temps, c’est vraiment quelque chose d’éprouvant en aviron. Mais cette victoire me permet de remporter ma première médaille d’or dans un grand championnat. C’est donc une bonne façon de finir la saison. »

A noter que les Tchèques ont également ramené une autre médaille de ces Championnats d’Europe grâce au quatre sans barreur masculin deuxième de sa finale.

Basket : les Tchèques ne participeront pas à l’Euro 2009

Tchhéquie - Israël, photo: CTK
L’équipe masculine de République tchèque de basket-ball ne participera pas au prochain Championnat d’Europe 2009. Les Tchèques se sont en effet nettement inclinés, de 37 points (61-98) contre Israël, samedi soir, à Tel-Aviv, pour leur dernier match de qualification. Pour l’entraîneur Michal Ježdík, il s’agit là d’une réelle déception tant la différence entre les deux équipes était grande :

« C’est clair. Les Israéliens ont contrôlé le match de la première à la dernière minute. Ils avaient une profondeur de banc que nous n’avions pas. Les joueurs qui rentraient sur le parquet apportaient toujours un peu plus d’énergie à l’équipe et c’est ce qui nous a manqué aujourd’hui. Ces joueurs, nous les avions lors de nos matchs à domicile mais aujourd’hui, c’est l’inverse qui s’est produit avec notre adversaire. »

Avant le match, les Tchèques avaient encore une chance d’accéder aux barrages. Au lieu de cela, avec un bilan de deux victoires et de quatre défaites, ils terminent à la dernière place du groupe D. Absents à l’Euro, les Tchèques affronteront donc l’année prochaine la Hongrie, l’Estonie et l’Ukraine dans un groupe de maintien au sein de l’élite européenne.

Football : bilan décevant pour les clubs tchèques en coupes d’Europe.

Sparta Prague - Dinamo Zagreb, photo: CTK
Triste semaine pour le football tchèque : après la déception née de l’élimination du Slavia et du Sparta Prague au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, respectivement par les Italiens de la Fiorentina et les Grecs du Panathinaikos, aucun de ses trois représentants n’est en effet parvenu à s’imposer à l’occasion du premier tour de la Coupe UEFA, jeudi dernier.

Slavia Prague - FC Vaslui, photo: CTK
Le meilleur résultat a été obtenu par le Sparta Prague, qui, dans une ambiance sulfureuse, a ramené un match nul vierge de buts de son périlleux déplacement en Croatie contre le Dinamo Zagreb. Mais, même s’il évoluera devant son public, le vice-champion de République tchèque devra faire preuve de plus d’audace que lors du match aller pour espérer marquer et se qualifier pour la phase de groupes de la compétition.

Mickaël Tavares, photo: CTK
Marquer, c’est également ce que n’ont pas réussi les deux autres équipes tchèques, qui avaient pourtant l’avantage de jouer à domicile. Bien que largement dominateur, le Slavia Prague, avec ses deux Français Mickaël Tavares et Tijani Belaïd titulaires, a dû se contenter d’un match nul (0-0) contre les modestes Roumains du FC Vaslui. Victime de son manque de réalisme, le champion de République tchèque en titre disputera donc un match retour à hauts risques en Roumanie, le 2 octobre.

Baník Ostrava - Spartak Moscou, photo: CTK
Quant au Baník Ostrava, qui avait hérité sur le papier du tirage au sort le plus difficile, il a, lui aussi, été victime de son impuissance offensive et s’est incliné (0-1) contre le Spartak Moscou. A moins d’un improbable renversement de situation lors du match retour en Russie, les Moraves regretteront certainement longtemps de ne pas avoir concrétisé au moins une de leurs nombreuses occasions. Car comme l’ont une nouvelle fois appris à leurs dépens le Sparta, le Slavia et le Banik, sans un minimum de réalisme, d’audace, et surtout sans but, il est bien difficile d’envisager un quelconque résultat positif en football et de rêver d’exploits sur la scène européenne.