« Avoir un os dans le ventre »

0:00
/
0:00

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Même s'il s'agit d'un problème de santé et de société auquel sont confrontés tous les pays ou presque développés du monde, vous l'avez peut-être remarqué si vous avez déjà passé quelques jours à Prague ou dans le pays, les Tchèques sont des gens bien rondelets, ventrus et bien grassouillets. On estime d'ailleurs qu'aujourd'hui, près d'un adulte tchèque sur deux, hommes et femmes réunis, souffre de surcharge pondérale. La faute, entre autres, à une cuisine locale lourde et à un monde d'alimentation trop riche en sauces, charcuterie et autres fritures, sans oublier la statistique qui veut que les Tchèques font partie des plus gros buveurs de bière au monde. Mais l'objet de notre émission ne sera pas d'exposer les causes de cette rotondité générale, mais plutôt de découvrir quelques expressions relatives à la partie du corps qui symbolise généralement l'embonpoint, à savoir le ventre - břicho.

Lors d'une émission précédente consacrée aux yeux, nous avions déjà relevé l'expression « oči by chtěly, ale žaludek nemůže », soit « les yeux voudraient bien, mais l'estomac ne peut pas », une expression que l'on peut rapprocher de ce que nous connaissons en français avec « avoir les yeux plus gros que le ventre » et qui existe également en tchèque « mít větší oko než břicho ». Boire, manger, on le sait, les plaisirs de la table sont nombreux et ses excès également. Pourtant, il arrive parfois que l'on dévore un plat ou un beau gâteau des yeux, mais que pour avoir déjà trop mangé, il n'y a plus de place dans notre estomac, d'où donc l'expression tchèque « les yeux voudraient bien, mais l'estomac ne peut pas ». L'expression française est, elle, quelque peu différente, puisque si elle peut signifier que l'on se surestime, selon son premier sens, elle évoque également le pêché de gourmandise auquel nous ne pouvons résister bien que l'on ait déjà le ventre plein. Les yeux y sont comparés au ventre et « avoir les yeux plus gros que le ventre » indique que l'on s'imagine pouvoir manger plus que ce que notre estomac peut en réalité nous permettre d'ingurgiter.

Loni každý Čech včetně novorozeňat a malých dětí v průměru vypil 160 litrů piva.
Mais l'expression n'est pas seulement valable pour la nourriture, elle peut aussi s'appliquer à la boisson. Ainsi, d'un gros buveur, et même plutôt d'un ivrogne ou de ce qu'on appelle méchamment un sac à vin, les Tchèques disent parfois « pije, až břicho nestačí », soit littéralement « il boit tellement que le ventre ne suffit pas ».

En français, on entend également très souvent dire de quelqu'un qui grossit qu'il « prend du ventre ». En tchèque, il existe une expression similaire selon laquelle « il a le ventre qui pousse » - « roste mu břicho ». Mais inversement, pour quelqu'un qui a maigri, on pourra avoir recours à l'expression selon laquelle « le ventre lui ait tombé » - « spadlo mu břicho ».

Mais l'emploi du mot « ventre » dans certaines expressions ne fait pas uniquement référence à l'alimentation et au tour de taille. Par exemple, de quelqu'un qui comprend parfaitement les intentions de son interlocuteur, sa façon de penser ou son état d'esprit, on peut parfois entendre dire « prokoukl ho až do břicha », soit, traduit littéralement, quelque chose comme « il l'a pénétré, percé jusque dans le ventre », un peu finalement comme lorsque l'on perce un secret. Dans le même ordre d'idée, on peut également « voir dans l'estomac de quelqu'un » - « vidět někomu do žaludku », ce qui, là aussi, signifie bien connaître la personne et ses intentions. En revanche, lorsque l'on « regarde dans l'estomac de quelqu'un » - « podívat se někomu do žaludku», le sens est différent puisque l'on cherche à observer, « sonder » la personne afin de déterminer son caractère, ses connaissances ou ce qu'elle mijote, l'idée qu'elle a derrière la tête. Bref, rien à voir avec l'expression française « en avoir dans le ventre » dont le sens fait référence aux qualités morales ou physiques ou à l'énergie qu'on a dans le ventre.

Autre expression amusante et imagée qui n'est toutefois plus guère employée : « sloužit jen břichu », c'est-à-dire « être uniquement au service de son ventre ». Une façon de dire non pas que l'on pense seulement à se nourrir et à se remplir la panse, mais plus précisément que la personne en question possède un esprit matérialiste et préfère rechercher les jouissances et biens matériels plutôt que l'aspect spirituel.

Enfin, curieuse même si facile à comprendre est également l'expression selon laquelle un bossu a « le ventre sur le dos » - « mít břicho na zádech ». Mais notre préférée reste néanmoins celle qui veut que les paresseux, les fainéants, aient « un os dans le ventre » - « mít kosti v břiše ». Peut-être parce qu'avoir un os dans le ventre équivaut à ne rien avoir dans le ventre.

C'est la fin de ce « Tchèque du bout de la langue » consacré aux expressions relative au ventre - břicho. En attendant de vous retrouver dès la semaine prochaine pour la découverte d'autres expressions, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !