Covid-19 : l’épidémie continue de se propager en Tchéquie, pays européen désormais le plus touché

Photo: ČTK/Igor Zehl

Mercredi, pour la deuxième journée consécutive, un nombre record de nouveaux cas confirmés de contamination au Covid-19 (5 335) a été enregistré en République tchèque, où l’évolution de la situation sanitaire est parmi les plus préoccupantes en Europe. D’importantes nouvelles mesures de restriction seront annoncées dans les prochaines heures.

Photo: ČTK/Ondřej Deml

Ce jeudi après-midi, le gouvernement débattra des nouvelles mesures qui seront appliquées pour endiguer la propagation de l’épidémie. Malgré toutes celles progressivement adoptées depuis la fin de l’été, la situation sanitaire ne s’améliore pas. Ce constat est même un euphémisme.

Sur les deux dernières semaines, la République tchèque présente le pire bilan de toute l’Union européenne. Et ce tant pour ce qui est du ratio de nouveaux cas d’infection sur une échelle de 100 000 habitants, que pour celui de résultats positifs par rapport au nombre de tests effectués. Mardi, cette dernière donnée s’était élevée à 24%, nouveau record. Et ce mercredi, donc, la barre des 5 000 nouveaux cas détectés en l’espace d’une journée a été dépassée pour la première fois depuis l’annonce du premier test positif le 1er mars dernier. Cela a été quelque 1 300 de plus qu’en Allemagne voisine, où la barre des 4 000 cas quotidiens a pourtant été dépassée pour la première fois aussi.

Roman Prymula, photo: Archives du Gouvernement tchèque

Face à cette évolution toujours plus préoccupante, le gouvernement tchèque se doit de réagir. Après le rétablissement de l’état d’urgence lundi dernier, un état spécial qui permet aux différents ministères de prendre des mesures restreignant les libertés individuelles, le ministre de la Santé, l’épidémiologiste Roman Prymula, entend resserrer la vis un peu plus encore en cette fin de semaine :

« La volonté reste de faire en sorte que les conséquences économiques des nouvelles mesures qui seront adoptées soient les moins importantes possibles. Mais il est évident qu’elles en auront, car je peux déjà dire qu’elles concerneront essentiellement les activités de loisirs. »

Photo: ČTK/David Taneček

Selon les médias tchèques, ces mesures concerneront essentiellement les collèges et lycées avec le possible retour d’un enseignement à distance, les manifestations culturelles et sportives, et aussi peut-être les réunions familiales. Théâtres et salles de cinéma devraient refermer leurs portes. Le tout, dans un premier temps, pour une durée de deux semaines, à l'issue desquelles une nouvelle analyse de l’évolution de la situation sanitaire sera effectuée.

L’objectif annoncé la semaine dernière par le ministre de la Santé est de faire redescendre le paramètre dit « R », ou le taux de reproduction effectif du virus, en dessous de 1, le seuil qui indique une diminution du nombre de nouveaux cas d’infection. Cet objectif étant encore loin d’être atteint, Roman Prymula a prévenu que toujours plus de moyens seront mis en œuvre pour lutter contre la résurgence de l’épidémie tant que les données l’exigeront :

Jan Hamáček, photo: ČTK/Radek Petrášek

« Nous n’avons pas prévu de tout fermer, certainement pas. Là aussi, nous tenons à fermer et à interdire le moins possible. Mais il faut être réaliste. Si les nouvelles mesures ne produisent pas l’effet espéré, alors il ne restera qu’une solution : le lockdown – le confinement. Personne ne veut en arriver là, il appartient donc à tout le monde d’en prendre conscience. »

Selon le ministère de la Santé, 829 personnes qui étaient porteuses du virus sont mortes dans le pays depuis le début de l’épidémie, dont 19 mercredi. Le nombre d’hospitalisations augmente lui aussi proportionnellement. Et si les hôpitaux disposent encore d’une capacité d’accueil suffisante, d’ores et déjà des solutions sont envisagées au cas où ils ne seraient plus en mesure de faire face à l’afflux de malades, comme l’a confirmé le ministre de l’Intérieur, Jan Hamáček :

Antonín Panenka, photo: Ondřej Tomšů

« Si cela s’avère nécessaire, il est toujours possible d’augmenter la capacité d’accueil des hôpitaux en ajoutant des lits dans les chambres. Nous avons là encore de la réserve. Ensuite, si cela ne suffit plus, des hôtels et autres établissements de ce type pourraient être réquisitionnés pour accueillir des gens infectés qu'il convient d'isoler. »

Tout autant que tous ces chiffres, une autre information a marqué les Tchèques mercredi : le légendaire footballeur Antonín Panenka, 71 ans, a été admis en soins intensifs. Les Bohemians Prague, son club de toujours, dont il est le président d’honneur, ont fait savoir que l’ancien joueur était dans un état grave. Reprise par tous les médias ou presque, la nouvelle, parce qu’elle concerne une personnalité au moins autant appréciée pour sa gentillesse et sa modestie que pour son glorieux passé de sportif, a suscité une importante émotion.