Feu vert pour indemniser les déportés de travail en Allemagne nazie

r_2100x1400_radio_praha.png

Le long processus d'indemnisation des victimes du nazisme a, enfin, une chance réelle d'aboutir. La voie a été dégagée par l'arrêt de la juge américaine Shirley Kram, du tribunal fédéral de Manhattan, qui a repoussé, jeudi, les plaintes massives d'anciens déportés de travail contre les firmes allemandes. Plus d'informations par Jarka Gissubelova.

Jusqu'à 1997, les victimes tchèques du nazisme ont été les seules en Europe à ne pas avoir reçu d'indemnisation quelconque pour les souffrances subies pendant la Seconde Guerre mondiale. Un tournant s'est produit après l'adoption, en 1997, de la Déclaration de réconciliation et la constitution du Fonds de l'avenir tchéco-allemand. Le gouvernement allemand et les firmes allemandes qui employaient les déportés ont créé un fonds spécial indemnisation dans lequel chaque partie a versé 5 milliards de DM, au total 10 milliards. De ce fonds, les victimes tchèques doivent obtenir 423 millions de DM. Or, jusqu'ici, les plaintes massives d'anciens déportés de travail, devant les tribunaux américains, contre les banques allemandes, en compensation des comptes perdus illégalement, constituaient un obstacle à l'indemnisation. Jeudi, la juge américaine, Shirley Kram, a repoussé ces plaintes. Par cette décision, l'obstacle final a été éliminé. L'Allemagne a obtenu la paix judiciaire qu'elle réclamait avant de commencer le versement des 10 milliards de DM. Il faut maintenant que le Parlement allemand réagisse le plus vite possible et accorde une garantie juridique pour les entreprises allemandes. Du côté tchèque, tout est prêt. Le Fonds de l'avenir a arrêté la liste des personnes concernées ainsi que le mode de dédommagement. Les déportés de travail entraînés dans des camps de concentration doivent obtenir 15 000 DM, les autres victimes des travaux pénibles dans des usines allemandes autour de 5000 DM. La présidente du Conseil administratif du Fonds de l'avenir, Dagmar Buresova, se déclare satisfaite estimant que le versement effectif pourrait commencer d'ici à deux mois.