L'indemnisation d'anciens déportés de travail a commencé

r_2100x1400_radio_praha.png

Mardi, le 19 juin, fut le jour historique pour les anciens déportés de travail tchèques. Après plus de 56 ans après la défaite du nazisme, les premières indemnisations, par les autorités allemandes, ont enfin commencé. Jarka Gissübelova.

Les 56 premiers millions de DM ont été transférés en République tchèque par la Fondation du gouvernement et d'entreprises allemandes qui indemnise les anciens déportés de travail. Les Tchèques sont les tout premiers à l'échelle internationale à obtenir le dédommagement pour les travaux forcés en Allemagne nazie. Les chèques, d'une somme équivalente à 75% de l'indemnité totale qui leur est due, ont déjà été expédiés à 10 000 personnes concernées par la première étape des indemnisations. C'est dire qu'elles auront leur argent, au plus tard, ce vendredi. Dans la première étape, on a décidé d'indemniser presque 3000 anciens prisonniers des camps de concentration qui ont chacun le droit de toucher jusqu'à 15 000 marks, et plus de 7000 personnes les plus âgées qui obtiennent jusqu'à 5 000 marks. Les autres anciens déportés de travail seront dédommagés dans le courant de deux ou trois mois. Environ 84 000 personnes en République tchèque attendent l'indemnisation. Ce chiffre n'est pas définitif. Chaque jour, de nouvelles demandes sont adressées au Bureau pragois pour les victimes du nazisme qui les accepte jusqu'au 11 août. Ce délai sera probablement prolongé jusqu'au 31 décembre. C'est Hans-Otto Bräutigam, représentant de la Fondation allemande, qui l'a déclaré, mardi, à Prague. Il souligne que, du côté allemand, le versement de l'argent n'est qu'un geste, puisque les souffrances ne peuvent être aucunement compensées... Selon le ministre des Affaires étrangères, Jan Kavan, parmi les ayants-droits aux indemnisations en République tchèque, il y a aussi des citoyens d'autres nationalités, y compris des antifascistes allemands. En accord avec la partie allemande, les victimes des travaux forcés ayant particulièrement souffert dans l'ancien Protectorat de Bohême-Moravie toucheront également une indemnisation.