Il y a 130 ans naissait le poète, graveur et traducteur Bohuslav Reynek

Bohuslav Reynek

Cet artiste tchèque exceptionnel, attaché à sa région natale de la Vysočina et à la France, n’a été pleinement reconnu dans son pays d’origine qu’après la chute du communisme.

Artiste aux multiples talents, Bohuslav Reynek est né le 31 mai 1892 à Petrkov, un petit village des hauts plateaux de Bohême-Moravie, où il est mort le 28 septembre 1971.

'Le départ des hirondelles' | Photo: Pistorius

Ses débuts littéraires remontent à la publication, en 1921, de son premier recueil de poèmes Žízně (Soifs). Dans cet ouvrage et d’autres datant de l’entre-deux-guerres (Ecailles de poisson, Le serpent sur la neige, ou Lèvres et dents), l’influence de l’expressionnisme sur Reynek est évidente, tandis que dans ses autres œuvres poétiques, le rôle de la spiritualité chrétienne (Semis de solitude, Pietà, Papillons d’automne) se renforce, conduisant à une profonde humilité et à une recherche de la beauté même dans les actes et les manifestations les plus ordinaires de l’existence.

Son dernier recueil, Le départ des hirondelles, est considéré comme le sommet de son œuvre littéraire. Il est sorti en 1989, sa publication ayant été interdite par le régime communiste en 1972.

Le travail de traduction de Bohuslav Reynek représente également une part importante de son œuvre. Parmi les auteurs traduits en français, nous pouvons nommer Francis Jammes, Charles Péguy, Jean Giono, Georges Bernanos, Victor Hugo et Paul Verlaine. Ses traductions de l’allemand de Georg Trakl et Adalbert Stifter sont également importantes.

'Papillons d'automne' | Photo repro: Bohuslav Reynek,  'Podzimní motýli'/Romarin

A partir des années 1920, Reynek se consacre également au dessin et à la gravure. La technique de la pointe sèche, de l’eau-forte, du monotype et du cliché-verre, s’est peu à peu imposée par rapport à la celle du fusain et du pastel. Les motifs paysagers ont progressivement cédé la place à des thèmes bibliques, souvent situés dans l’environnement de Petrkov, qui a été une source d’inspiration majeure dans la vie de l’artiste. En plus de centaines d’autres œuvres, Reynek a créé principalement les cycles graphiques Pastorale, La neige, Job, Don Quichotte et autres.

Bohuslav Reynek,  'L'église de Corenc',  1930 | Photo: Romarin

Après les premières expositions d’avant-guerre à Grenoble et Pardubice, les œuvres de Reynek ont été montrées à plusieurs reprises en France à partir des années 1950, tandis que, pour des raisons politiques, aucune exposition n’a été organisée en Tchécoslovaquie entre 1929 et 1964.

Le public tchèque n’a pu découvrir ses œuvres d’art originales qu’à partir des années 1960 et surtout après la révolution de Velours.

L’année dernière, l’œuvre graphique Veronika IV de Bohuslav Reynek a été vendue aux enchères pour 564 000 couronnes, un nouveau record de vente pour l’auteur.

Bohuslav Reynek,  'Veronika IV',  1954 | Photo: Galerie de Goltzova tvrz

Entre Petrkov et Grenoble

Dans les années 1920-1930, Bohuslav Reynek a effectué de nombreux séjours dans la région de Grenoble, en France, d’où était originaire sa femme, la poétesse et traductrice Suzanne Renaud (1998-1964). Le couple a eu deux fils, nés en France : Daniel qui deviendra photographe et Jiří (Michel), traducteur.

Suzanne Renaud et Bohuslav Reynek avec ses énfants | Photo repro: Suzanne Renaud/petrkov 13/Paseka

A partir de 1936, la famille vit à Petrkov, mais ses liens avec la France continuent de se renforcer. Ces liens ne disparaissent pas même après le coup d’Etat communiste et malgré les persécutions dont les Reynek ont fait l’objet : Suzanne Renaud est empêchée de se rendre dans son pays natal, la ferme familiale de Petrkov est nationalisée, Bohuslav et son fils cadet Jiří s’occupent de l’élevage de porcs que la coopérative agricole a décidé d’installer dans leur cour. Le fils aîné, Daniel, travaille comme chauffeur.

La famille vivait dans le dénuement, soutenue par les dons d’amis tchèques et français. Néanmoins, la propriété Reynek à Petrkov est devenue, surtout à partir des années 1960, un lieu de rencontre inspirant où se rendaient de nombreux jeunes artistes libres d’esprit.

La maison de Petrkov | Photo: Alena Blažejovská,  ČRo Vysočina

En 2021, l’État tchèque a racheté la propriété du couple Reynek et l’a confiée à la direction du Musée de la littérature tchèque. Celui-ci anime désormais un Centre culturel franco-tchèque à Petrkov.

En France, l’œuvre croisée de Bohuslav Reynek et de Suzanne Renaud est promue par l’association Romarin qui a notamment publié sur son site le catalogue raisonné de l’œuvre graphique de Bohuslav Reynek.

Pour plus de détails : https://renaud-reynek.com/accueil/