Inoubliable Cendrillon aux trois noisettes magiques, Libuše Šafránková est morte

Cendrillon aux trois noisettes magiques

Inoubliable interprète de Cendrillon, dans l’adaptation tchèque du conte par Václav Vorlíček, l’actrice Libuše Šafránková est morte ce mercredi à l’âge de 68 ans, succombant à un cancer du poumon. Par son talent et sa personnalité, la comédienne avait su à la fois conquérir le public et la famille du cinéma tchèque.

« Noël ne sera plus jamais comme avant », pouvait-on lire mercredi sur les réseaux sociaux notamment, à l’annonce de la disparition de Libuše Šafránková. Car plus que tout autre rôle, celui de la plus célèbre des souillons restera à jamais associé à son visage, elle qui à l’âge de vingt ans à peine avait été choisie pour le rôle-titre de Trois noisettes pour Cendrillon (1973), une version féministe avant l’heure du conte des frères Grimm, également adapté au XIXe siècle par Božena Němcová.

'Trois noisettes pour Cendrillon' | Photo: Studio Barrandov / DEFA

Co-production tchécoslovaque et est-allemande, le film est rediffusé tous les ans à Noël avec un succès non démenti près d’un demi-siècle plus tard que ce soit en Tchéquie ou en Allemagne. Cette révélation au cinéma lui fera plus tard enchaîner plusieurs rôles dans des contes de fée dont le public tchèque est si friand.

'Trois noisettes pour Cendrillon' | Photo: NFA

Regard tantôt sombre, tantôt mutin, et sourire espiègle, la jeune femme, diplômée du conservatoire de théâtre de Brno, incarne dans ce film culte une Cendrillon facétieuse et émancipée, qui tire à l’arbalète, monte à cheval comme un garçon, et tient la dragée haute à son prince pas très dégourdi en le séduisant plutôt que l’inverse.

Zdeněk Svěrák et Libuše Šafránková | Photo: ČT

C’est cette alliance de charme délicat, de fragilité mais aussi de caractère bien trempé qui était sa signature, à l’écran comme dans la vie. La plupart de ses collègues s’accorde d'ailleurs pour relever un trait de sa personnalité unique, comme le confiait le comédien slovaque Milan Lasica à la Télévision tchèque, lui qui a joué à ses côtés dans son tout dernier film en 2014 :

« J’ai toujours été impressionné par le fait qu’une si belle femme, si séduisante, ait également un magnifique sens de l’humour. Ce n’est pas si fréquent chez les actrices. Que ce soit devant la caméra ou sur les planches, elle ne jouait pas, mais elle existait. »

Ce sens de l’humour et de l’auto-dérision lui fera incarner de nombreux rôles dans des comédies, au cinéma comme au théâtre. Car cette icône populaire du cinéma tchèque est restée fidèle aux planches qu’elle a arpentées parallalèment pendant toute sa carrière.

'La Fête des perce-neiges' | Photo: Filmové studio Barrandov

En 1972, elle rejoint le célèbre Činoherní Klub, celui-là même où sera fondé le Forum Civique en 1989. Ce club dramatique pragois est à l’époque le vivier d’une génération d’acteurs de talent, comme Pavel Landovský, Josef Somr, Jiří Kodet ou encore Josef Abrhám qui deviendra son époux, à la scène comme à la ville.

Les plus grands réalisateurs l’ont fait tourner comme Jiří Menzel qui percevait chez elle ce qui fait l’étoffe des grands comédiens :

« Je ne la considère pas seulement comme une actrice exceptionnelle, mais avant tout comme une personnalité d’exception. Je dis toujours qu’elle n’est pas une actrice mais un phénomène naturel. »

'L’Ecole élémentaire' | Photo: Lucerna - Alfa

Dans les années 1980, Libuše Šafránková tourne dans l’adaptation que fait Menzel du roman de Bohumil Hrabal, La Fête des perce-neiges, ou encore dans Mon cher petit village, d’après un scénario de Zdeněk Svěrák. Elle jouera aux côtés de ce dernier dans les grands succès de son fils Jan Svěrák, L’Ecole élémentaire (Obecná škola, 1991) et surtout, Kolya, qui rafle l’Oscar du meilleur film étranger en 1996.

Soucieuse de sa vie privée, Libuše Šafránková s’était toujours efforcée de vivre à bonne distance de l’attention des médias, et ce bien avant que la maladie ne l’ait progressivement éloignée des plateaux et du public.

Alors qu’un remake norvégien du film de Václav Vorlíček est actuellement en cours de production, nul doute que ce public conquis en plus d’une centaine de rôles au cinéma et à la télévision aura du mal à voir en Cendrillon un autre visage que celui, éternellement jeune et plein de malice, de Libuše Šafránková.

Tri orisky pro Popelku

Auteur: Anna Kubišta
mot-clé: