La maladie de la vache folle en Tchéquie ?

Test de la maladie de la vache folle

Le service vétérinaire tchèque vient de découvrir un échantillon de cerveau de vache suspect, en Tchéquie. La maladie de la vache folle aurait-elle touché le pays ? Alain Slivinsky.

Vache
Le service vétérinaire a découvert des prions dans un échantillon de cerveau d'une vache d'un élevage de la région de Jihlava, en Moravie. Le prion est à l'origine de la maladie de la vache folle, qui a fait des ravages, surtout, en Grande-Bretagne. Si les analyses suivantes le confirmaient, ce serait le premier cas dépisté en République tchèque. Le ministre de l'Agriculture, Jan Fencl, qui a divulgué l'information, a déclaré que les tests se poursuivent et sont confiés aussi aux laboratoires allemands, qui ont plus d'expériences dans ce domaine. L'animal suspect, âgé de 6 ans, provenait d'un élevage comptant 400 vaches laitières et génisses, et sa contamination éventuelle ont été découverts, lors des examens à l'abattoir. L'élevage a été mis en quarantaine. Josef Holejsovky, directeur général de l'Administration vétérinaire nationale, affirme que l'élevage est sous son contrôle. L'Administration vétérinaire nationale affirme que le risque d'épidémie de la maladie de la vache folle, en Tchéquie est minime car plus de 10 000 examens effectués ont été négatifs. 7 000 examens concernaient des groupes de bétail à risque. Le ministre de l'Agriculture, Jan Fencl, est catégorique : « Inutile d'avoir peur de la viande de boeuf. Je garantis à l'opinion publique que la viande bovine tchèque, mise sur le marché, ne présente aucun danger ». Selon la presse, le consommateur réagit en se disant « oui, mais... », et il achète moins ou pas du tout de boeuf.