La Moravie du Sud, c'est Austerlitz mais pas seulement

Žuráň, photo: Štěpánka Budková

« Morava napoleonská » est un projet touristique dont la finalité est la découverte de la Moravie du Sud sous l’angle de Napoléon et du Premier Empire. C’est en effet sur ce territoire que s’est déroulée le 2 décembre 1805 la bataille d’Austerlitz, bataille emblématique qui consacra le génie militaire de Napoléon et lui permit de conforter son règne. Mais la région de Moravie du Sud n’est pas seulement marquée par les combats qui s’y déroulèrent mais aussi par d’autres aspects de l’histoire napoléonienne.

Le monument de la paix, photo: Štěpánka Budková
Donner du sens au patrimoine morave en offrant aux curieux la possibilité de tisser des liens entre les événements, les lieux et les hommes, c’est tout l’enjeu du projet « Morava napoleonská ». Sa conception a été entamée en 2009 à l’initiative de Libor Opluštil, lequel travaille au développement du tourisme dans sa région :

« Le projet est né de la volonté de présenter les guerres napoléoniennes en Moravie du Sud dans une perspective large et pas seulement autour de la bataille d’Austerlitz. Nous voulions développer une nouvelle façon de mettre en valeur la région, en plus des monuments historiques et du patrimoine naturel déjà connus. »

La bataille d’Austerlitz
L’événement le plus connu, cela reste malgré tout cette bataille d’Austerlitz, surnommée « la bataille des Trois Empereurs », puisque les troupes de Napoléon Ier y sont opposées en 1805 à celles de François II du Saint-Empire et surtout à celles d’Alexandre Ier de Russie. Auteur d’un ouvrage sur Austerlitz qui lui a valu le Grand Prix d'histoire 2006 de la Fondation Napoléon, Jacques Garnier, spécialiste de l’histoire militaire, considère qu’elle est à ranger, de par son importance, aux côtés des batailles de Marengo, quand Napoléon Bonaparte était encore Premier Consul, et de Waterloo qui sonne le glas de son Empire en 1815.

Le musée de Slavkov, photo: Martina Schneibergová
« Cette victoire est importante à plus d’un titre. D’abord, c’est une très grande victoire sur les Russes et les Autrichiens, qui permet à Napoléon de rentrer au fait de sa gloire. D’autre part, cette bataille a lieu lors du premier anniversaire de son couronnement. Pour l’histoire militaire, c’est quand même l’une des victoires les plus incontestables qu’il y ait eu, et ce même dans l’histoire mondiale. »

La bataille d’Austerlitz n’est cependant pas la seule en Moravie à impliquer des troupes françaises. Quelques années plus tard, lors de la guerre de la Cinquième coalition, les forces autrichiennes de l'archiduc Charles et l'armée française du général Marmont s’affrontent en effet non loin de la ville de Znojmo, un combat connu sous le nom de bataille de Znaïm, et qui n’a bien sûr ni la même portée ni la même renommée que celle « des Trois Empereurs ». Libor Opluštil raconte :

Libor Opluštil, photo: Radoslav Bernat / Ministerstvo vnitra ČR
« Il s’agit d’une bataille qui s’est déroulée les 9 et 10 juillet 1809. Les Français ont attaqué près de la ville de Znojmo des soldats autrichiens en retraite. La bataille a duré deux jours et s’est achevé quand les Autrichiens ont proposé un cessez-le-feu à Napoléon qui l’a accepté. C’est une bataille assez symbolique dans le sens où les Français avaient pris l’ascendant et l’avaient presque remportée mais Napoléon a décidé d’y mettre fin en déclarant que le sang avait assez coulé. Il a ainsi évité de nouvelles pertes des deux côtés. »

Les touristes trouveront certainement un intérêt à la visite de ces champs de bataille. Pour l’historien, il peut en revanche s’agir d’une démarche essentielle dans l’accomplissement de sa recherche, ainsi que le note Jacques Garnier :

Žuráň, photo: Štěpánka Budková
« Je pense qu’on ne peut pas faire d’histoire militaire sans aller sur le terrain. Il faut évidemment une grande culture livresque mais aller sur le terrain permet de voir énormément de choses, par exemple à la bataille d’Austerlitz, sur le plateau de Pratzen (Prace en tchèque). C’est un endroit d’où Napoléon ne pouvait pas voir toutes ses troupes qui étaient au sud sur Telnitz et Sokolnitz (Telnice et Sokolnice). Il devait donc imaginer tout cela et on ne peut pas s’en rendre compte sur une carte. On peut s’en rendre compte quand on va sur place, qu’on va sur le tertre de Zuran. »

Dans ce cas précis, Jacques Garnier se félicite d’ailleurs de la qualité du travail réalisé pour sauvegarder la mémoire de ces lieux :

« Le champs de bataille en lui-même a été extrêmement bien préservé. Merci à la République tchèque parce qu’il est toujours important de préserver ces lieux d’histoire. »

L’histoire napoléonienne ne se résume cependant pas à sa dimension militaire et à ses batailles. Cela est vrai aussi en Moravie du Sud. Libor Opluštil :

Slavkov, photo: Martina Schneibergová
« Dans le cadre de la Moravie du Sud, il y a un grand nombre de lieux intéressants et qui ne concernent pas seulement la bataille d’Austerlitz ou la bataille de Znaïm. Ainsi nous avons sélectionné une trentaine de localités que les curieux peuvent découvrir durant leur séjour. Ce patrimoine est divers. Il y a bien sûr les champs de bataille mais également par exemple les postes de commandements ou les différents chefs militaires pouvaient influencer le déroulement des combats. Il y a ensuite différents monuments, des châteaux et évidemment des musées. »

Le projet compte encore se développer en coopération avec des communes dont le patrimoine ne demande qu’à être mis en valeur. Parmi les différents circuits touristiques proposés, l’un s’intéresse particulièrement à la famille des Liechtenstein, une famille très puissante en Moravie au début du XIXe siècle et qui dominait les terres qui allaient être le théâtre de la bataille d’Austerlitz.

Photo: Štěpánka Budková
« Morava napoleonská », ce sont aussi des actions ponctuelles. En novembre dernier, la ville de Brno célébrait ainsi le souvenir de la venue de l’Empereur en 1805, quelques jours avant la bataille d’Austerlitz, qui fut logé au palais du Gouverneur. 209 années plus tard, les visiteurs pouvaient déguster des spécialités françaises, assister à des marches militaires ou être familiarisés à travers des projections vidéo aux événements survenus dans la région. Napoléon n’est pas le seul Français à avoir séjourné dans les parages. Certains de ses soldats ont trouvé le vin local si bon qu’ils s'y sont établis. A moins qu’ils n’aient été tout simplement blessés lors des combats et soignés sur place. Libor Opluštil détaille :

« Il y a toute une série de noms d’origine française dans la région mais ils ne trouvent pas leurs origines seulement dans la période napoléonienne. Une partie d’entre eux est cependant effectivement liée au fait que des soldats blessés français ou autrichiens sont restés dans la région et ont pu fonder une famille. Mais une présence française est attestée avant cette période. »

Photo: Štěpánka Budková
Bíza, Galet, Foret, Remeš ou Šalé : voici les noms de famille cités qui sont issus du français, et pas seulement liés à l’implantation de quelques soldats de Napoléon. Toutefois le phénomène n’était pas exceptionnel comme l’explique l’historien Jacques Garnier :

« Lors de la retraite de Russie par exemple, un certain nombre de soldats ont été recueilli, surtout en Pologne mais aussi en Russie, par des habitants des lieux qui ont finalement fini par faire souche. Mais tout cela concerne uniquement des unités et non pas des troupes constituées. »

Pour terminer, Jacques Garnier pourrait donner une autre idée de parcours touristique thématique à Libor Opluštil et à la Moravie du Sud, puisque la région a été impliquée il y a bien longtemps dans les affaires d’un autre Empire…

La reconstitution de la bataille d'Austerlitz, photo: Martina Schneibergová
« L’Empire romain d’Occident est anéanti en 476 après JC par la prise de Rome par Odoacre, roi des Hérules. Or que je sache les Hérules devaient bien être originaires de la Moravie. Donc les Moraves sont à l’origine de la perte de l’Empire romain, ce qui n’est quand même pas un mince exploit. »

Libor Opluštil disposera sans doute de trop peu de temps pour se lancer dans ce nouveau défi cette année, puisque celle-ci doit être marquée par le 210e anniversaire de la bataille d’Austerlitz. Il est possible de mettre à profit les longs mois qui nous séparent encore de l’événement en parcourant l’un des huit parcours thématiques proposés sur le site du projet : www.morava-napoleonska.cz.