Le gouvernement a promis plus d'argent aux médecins, ces derniers manifesteront le 24 février à Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

La circulaire controversée sur le remboursement des soins médicaux va être modifiée : à compter du 1er avril, les hôpitaux et les médecins recevront plus d'argent pour les soins dispensés. En plus de cela, l'assurance maladie versée par l'Etat pour les assurés à sa charge sera revue à la hausse et le gouvernement se déclare également prêt à désendetter des hôpitaux. Les médecins, toutefois, ne s'en contentent pas : seule la démission du ministre de la Santé pourrait les dissuader de leur protestation, vendredi prochain, à Prague.

David Rath, Jiri Paroubek et Milan Kubek, photo: CTK
Les problèmes que connaît le système de la santé publique tchèque sont un feuilleton de discordes interminable entre le ministre de la Santé d'une part, et les médecins, dont notamment ceux du secteur privé, de l'autre. Quels sont donc les derniers changements proposés ? Le ministre de la Santé David Rath, le Premier ministre Jiri Paroubek et le chef de l'Ordre des médecins Milan Kubek se sont mis d'accord pour que le remboursement des soins soit de 5% supérieur par rapport au premier semestre de l'année écoulée. Le Premier ministre Paroubek explique que cet accroissement est possible grâce à une diminution du déficit de la Compagnie d'assurance-maladie générale, la VZP :

« Nous réussissons à stabiliser la situation financière de la VZP, raison pour laquelle le gouvernement peut envisager d'autres mesures encore: la semaine prochaine, entre 3 et 3,5 milliards de couronnes seront débloqués en faveur de l'accroissement des cotisations de l'assurance maladie pour les assurés à la charge de l'Etat. »

En plus de cela, le Premier ministre a annoncé que le gouvernement allait payer jusqu'à 400 millions de couronnes aux distributeurs qui, la semaine dernière, ont suspendu les livraisons de médicaments à trois hôpitaux universitaires dans le pays à cause de leur dette.

Le chef du Parti civique démocrate à l'opposition, Mirek Topolanek, salue le changement de la circulaire sur le remboursement des soins médicaux, même si c'est, d'après lui, l'aveu de fautes :

« Je le considère comme un aveu des fautes commises par le ministre de la Santé Rath et par ses prédécesseurs. Le changement de la circulaire en question était proposé par l'ODS depuis longtemps. J'espère que d'ici au mois de juin, date des élections législatives, le cabinet s'abstiendra de prendre des mesures destructrices, pour que le gouvernement issu des élections puisse réaliser des changements non pas temporaires, mais systématiques... »

Les changements annoncés en vue d'améliorer la situation dans le secteur de la santé publique n'ont toutefois pas dissuadé l'état major de crise des médecins de l'organisation d'une manifestation de protestation contre la politique du ministre de la Santé publique, qui aura lieu vendredi prochain sur la place de la Vieille-Ville de Prague. Le chef de l'ordre des médecins Milan Kubek cherche cependant à convaincre les médecins grévistes que leur manifestation est dorénavant sans fondement :

« Il n'y a aucune raison valable pour manifester, sauf politique, car la qualité et l'étendue des soins médicaux en République tchèque ne sont pas menacées. La nouvelle circulaire sur le remboursement des soins garantira que des moyens plus importants seront utilisés d'une manière efficace et rationnelle au profit des patients. »