Le roi du Cambodge dans sa seconde patrie

Le roi du Cambodge Norodom Sihamoni et le président Vaclav Klaus, photo: CTK

Prague a accueilli le roi du Cambodge Norodom Sihamoni. Sa visite en République tchèque est un grand retour. Entre 1962 et 1975, le futur roi a vécu en Tchécoslovaquie où il allait à l'école et plus tard étudiait le ballet au conservatoire et à l'Académie des Arts. La Tchéquie est donc le pays de son enfance et de son adolescence. Le roi a été reçu d'abord au Château de Prague par le président de la République, Vaclav Klaus. Ce dernier s'est félicité de recevoir celui qui est un grand ami de notre pays et aussi le seul monarque au monde parlant tchèque.

Le roi du Cambodge Norodom Sihamoni et le président Vaclav Klaus, photo: CTK
« Je crois que c'est une bonne occasion pour donner une impulsion au développement des relations entre la République tchèque et le Cambodge. Ces relations ne sont pas très intenses, mais je crois que la nouvelle période et l'avènement du roi, il y a deux ans, sont une bonne occasion pour le faire. La République tchèque désire développer ces rapports au niveau politique et économique ainsi qu'au niveau des échanges culturels et des échanges des étudiants. J'espère que bientôt viendra le moment où les touristes et les agences de voyages tchèques découvriront le Cambodge et permettront de le visiter à de nombreux d'entre nous. »

Norodom Sihamoni et Vaclav Klaus, photo: CTK
Et le Président d'ajouter que les rapports économiques entre les deux pays ont, ces derniers temps, la tendance à une légère croissance. La Tchéquie est également prête à accorder au Cambodge une aide au développement. Elle participe aussi à la restauration des monuments du temple d'Angkor. Le président a rappelé qu'actuellement il y a dans les écoles supérieures tchèques quelques boursiers cambodgiens et qu'on a aussi organisé plusieurs expositions pour faire mieux connaître le Cambodge en République tchèque. Le roi a répondu au Président avec émotion et dans un tchèque d'une étonnante perfection:

Norodom Sihamoni et Vaclav Klaus, photo: CTK
"Je ne peux comparer cette visite à aucun de mes autres voyages à l'étranger. C'est pour moi un évènement exceptionnel. C'est beaucoup plus qu'une visite officielle. C'est une grande joie d'être ici en tant que représentant de mon royaume, mais je suis encore plus heureux de revenir dans le pays qui, pendant longtemps, a été et est toujours ma seconde patrie. Dans votre pays, j'ai passé mon enfance et une grande partie de ma vie. Monsieur le Président, je vous remercie de cette possibilité de rencontrer mes amis, mes professeurs, mes camarades d'école et tous ceux que j'aime. Je suis tombé amoureux de Prague et ce sera un grand bonheur de revoir les endroits que je n'ai jamais oubliés. »

A l'ordre du jour de la visite du roi du Cambodge, il y a donc des entrevues officielles avec des hommes politiques, mais aussi des rencontres avec des amis et un riche programme culturel. Vendredi, il assistera au Théâtre national à une représentation des ballets cambodgien et tchèque. Ce sera pour lui l'occasion de revoir le théâtre où il a lui même dansé, dans les années 1970, dans le ballet Le casse-noisette de Tchaïkovski. Il désire également visiter le théâtre baroque du château de Cesky Krumov, en Bohême du sud. Au programme de la soirée qu'on prépare pour lui dans ce théâtre, il y a aura entre autres le ballet Le triomphe de l'amour que Jean-Baptiste Lully a écrit pour un autre excellent danseur sur le trône - le roi Louis XIV.