Le visage de deux ducs de Bohême, fils de sainte Ludmila, révélé par la 3D

La reconstitution du visage de Spytihněv Ier et Vratislav Ier, source: Naše historie, z.s.

Une équipe de scientifiques tchèques et brésilien a reconstitué le visage probable de deux ducs de Bohême issus de la célèbre dynastie des Přemyslides. Les chercheurs ont travaillé à partir des crânes de Spytihněv Ier et Vratislav Ier, deux fils de la sainte patronne tchèque Ludmila, pour recréer grâce au numérique leur apparence, plus de mille ans après leur mort.

A cheval entre l’anthropologie et la médecine légale, la reconstruction faciale de personnages historiques est très en vogue ces dernières années. Si les recherches ont commencé dès les années 1970, les nouvelles technologies numériques ont donné un coup de pouce sans précédent à cette méthode qui, si elle a ses limites, permet d’imaginer un peu mieux l’apparence qu’ont pu avoir certaines grandes figures historiques, au-delà de leurs représentations stylisées en peinture ou en sculpture, lorsque celles-ci existent.

Il y a cinq ans, des archéologues tchèques se sont penchés sur les dépouilles de plusieurs représentants de la dynastie des Přemyslides, inhumés au Château de Prague, poursuivant les recherches entreprises dans les années 1980 par un anthropologue tchèque de renom, Emanuel Vlček.

Ces nouvelles analyses ont conduit à la reconstruction faciale de Spytihněv Ier, fondateur du Château de Prague, et de Vratislav Ier, père du futur saint Venceslas. Les crânes des deux ducs de Bohême ont été scannés en utilisant la photogammétrie, une technique de capture 3D via des photos numériques extrêmement détaillées, comme l’explique le géophysicien Jiří Šindelář :

Jiří Šindelář,  photo: Andrea Poláková,  ČRo

« Nous avons obtenu une image détaillée et très précise de chaque crâne. Cela nous a permis de reconstruire numériquement et de manière scientifique le visage de ces personnages historiques. »

Les images scannées des crânes ont ensuite été modélisées en trois dimensions. C’est là qu’est intervenu Cicero Moraes, un designer 3D brésilien spécialisé dans la reconstruction faciale en médecine légale, en ajoutant la structure musculaire, puis la matière adipeuse et une simulation de la peau. Il y a quelques temps, il avait répondu aux questions de Radio Prague Int. :

Cícero Moraes,  photo: Cícero Moraes,  CC BY-SA 3.0

« Quand je travaille sur une reconstruction faciale, je n’ai aucune information sur l’origine du crâne, je fais la reconstruction sans savoir qui est la personne étudiée. Quand j’ai fini, je reçois quelques informations sur les vêtements. En anthropologie, il faut travailler à l’aveuglette : c’est très important de ne rien savoir au préalable sur l’individu parce que si vous travaillez sur une figure historique, vous pourriez inconsciemment avoir tendance à recréer un visage plus intéressant. »

Si la plupart du temps, ni les sources écrites, ni les analyses archéologiques ne permettent de déterminer la couleur des yeux, des cheveux ou de leur longueur, dans ce cas précis, l’analyse de l’ADN a révélé certaines des caractéristiques de Spytihněv Ier et Vratislav Ier, comme l’a expliqué Jiří Šindelář à la Radio tchèque.

La reconstitution du visage de Spytihněv Ier,  source: Naše historie,  z.s.

Désormais l’équipe scientifique internationale va se pencher sur deux autres personnages historiques tchèques. Au vu de leur importance symbolique dans l’histoire du pays, il ne fait guère de doute que les résultats seront très attendus. Jiří Šindelář :

« Nous nous sommes mis d’accord avec l’archevêché de Prague pour entreprendre la reconstruction faciale de sainte Ludmila, à l’occasion du 1100e anniversaire de sa mort (en septembre prochain, ndlr) et nous allons également nous attaquer à saint Venceslas. »

La sainte Ludmila | Photo: ČT24

Ludmila était la grand-mère du duc de Bohême, Venceslas Ier, futur saint patron des pays tchèques. Tous deux sont considérés comme des martyrs de la foi chrétienne, alors qu’elle a été assassinée sur les ordres de sa belle-fille, et que Venceslas a été assassiné, lui, par son propre frère.

Ces dernières années, l’équipe tchéco-brésilienne a déjà procédé à des reconstructions faciales, comme celle d’une autre sainte, Zdislava de Lemberk ou de la reine de Bohême Judith de Thuringe. Les scientifiques estiment à 90% l’exactitude de leur travail de restitution du visage de ces personnages historiques.

Auteurs: Anna Kubišta , Lucie Hochmanová
lancer la lecture