L’épargne logement pourrait être privée du soutien de l’Etat

Dans une interview pour une récente édition du quotidien économique Hospodarske noviny, le Premier ministre, Mirek Topolanek, a déclaré qu’il était prêt à supprimer la contribution financière de l’Etat à l’épargne logement. Pour quelles raisons et quelles sont les réactions dans les milieux financiers ?

Miroslav Kalousek
Le Premier ministre a expliqué qu’il pensait que l’épargne logement était très souvent utilisée à d’autres fins qu’à la construction d’un logement. Elle est ainsi devenue un moyen d’épargner dans de meilleures conditions que celles qui sont offertes par les modes d’épargne classiques. Par contre, il n’a pas précisé quelle serait la procédure employée par l’Etat pour supprimer sa contribution financière.

Il faut pourtant savoir que le ministre des Finances, Miroslav Kalousek, a préparé un nouveau projet de loi de l’impôt sur le revenu et un audit des exonérations fiscales. Il a déclaré à ce propos : « Nous n’avons pas décidé encore des exonérations qui seront limitées. La suppression immédiate de la contribution de l’Etat à l’épargne logement conduirait à sa liquidation. Par contre, je pense que nous pourrions discuter de la suppression des exonérations fiscales concernant l’épargne logement et les hypothèques. » Cela serait un coup dur pour les nouveaux épargnants, car aujourd’hui l’Etat soutient l’épargne logement de trois manières : en versant une contribution de 3 000 couronnes (110 euros) par an à l’épargnant, en exonérant les intérêts de l’épargne logement de l’impôt sur le revenu et en permettant à l’épargnant d’abaisser son revenu imposable du montant des intérêts sur les crédits contractés par cette épargne logement. D’après Tomas Skolek, du site internet Finance.cz, il serait possible de supprimer les avantages offerts par l’Etat, mais il ajoute encore :

Foto: Štěpánka Budková
« Je pense que la contribution de l’Etat ne sera pas entièrement supprimée. Il s’agira plutôt de l’utilisation de l’épargne. Cela veut dire que cette contribution ne serait versée qu’aux épargnants qui seront capables de démontrer qu’ils l’utilisent seulement pour acquérir un logement. »

Et qui serait concerné par une éventuelle abolition du soutien financier de l’Etat à l’épargne logement ? D’après l’économiste de la société Patria Finance, David Marek, il ne pourrait s’agir que des nouveaux plans d’épargne logement, car il n’est pas possible de modifier les contrats conclus. D’après l’Office des statistiques, il est vrai que beaucoup de personnes décident de contracter un plan épargne logement pour placer leurs économies dans des conditions avantageuses, mais en même temps il constate que les Tchèques qui utilisent ce genre d’épargne pour devenir propriétaires sont de plus en plus nombreux.