Les grâces présidentielles

r_2100x1400_radio_praha.png

A l'approche des élections législatives, en Tchéquie, la question du président de la République, de ses pouvoirs, est remise sur le tapis. On parle beaucoup du pouvoir de grâce du chef de l'Etat. Serait-il, ce pouvoir, trop important. Il ne faut pas penser que le président de la République serait seul à décider des grâces. Rappelons les faits de l'année passée. Vaclav Havel, en tant que chef de l'Etat a accordé 22 grâces que le ministre de la Justice, Jaroslav Bures, ne lui avait pas recommandées. D'un autre côté, il a gracié 29 personnes sur recommandation du ministre. Le Président Vaclav Havel a encore gracié 48 personnes, sans en avoir demandé l'avis au ministre de la Justice. En tout, le chef de l'Etat a accordé sa grâce à 99 personnes, en 2001. Depuis son entrée en fonction, en 1990, Vaclav Havel a gracié 1867 personnes. Est-ce beaucoup en 11 ans? Certains pensent que oui, d'autres que non.