Les jeunes Tchèques ne comprennent plus le slovaque...

Moins de 15 ans après la division de la Tchécoslovaquie en deux entités distinctes, les jeunes générations qui n'ont pas grandi dans le bilinguisme ont du mal à saisir toutes les nuances de la langue du voisin, une langue pourtant très proche, mais pas identique.

D'après un récent sondage en effet, près d'un tiers des Tchèques âgés de 15 à 24 ans reconnaissaient éprouver des difficultés à comprendre le slovaque. Tchèque et slovaque, deux langues pourtant très proches, plus proches en tout cas que ne sont l'espagnol et le catalan, mais deux langues dont la prononciation est différente et le vocabulaire pas toujours identique, dans certains domaines.

Du temps de la Tchécoslovaquie, jusqu'en 1993, Tchèques et Slovaques se comprenaient parfaitement, généralement les jeunes garçons tchèques allaient faire leur service militaire en Slovaquie. A la télé, tous les lundis le programme de la chaîne nationale était uniquement en slovaque. Mais aujourd'hui, les ados tchèques ont rarement l'opportunité d'entendre parler ou de lire dans cette langue. Rudolf Chmel est l'ancien ministre de la Culture slovaque.

Rudolf Chmel
« La jeune génération tchèque n'a plus de contact avec la langue slovaque, contrairement aux générations précédentes. Le slovaque devient petit à petit pour les 10-15 ans une langue slave éloignée comme peut l'être le polonais, le serbe ou le russe. C'est une mauvaise nouvelle, parce que nos deux nations se sont toujours mutuellement enrichies, mais c'est vrai que les Tchèques ont toujours été plus indépendants et ont toujours été moins intéressés par la culture slovaque que les Slovaques par la culture tchèque. »

A Bratislava, capitale de la Slovaquie, la question fait sourire et agace un peu en même temps. Les jeunes Slovaques ont du mal à se faire à l'idée que leurs voisins du même âge ne les comprennent plus. Sandra étudie à Bratislava, et la dernière fois qu'elle est allée à Prague, mauvaise surprise, elle a eu du mal se faire comprendre :

Bratislava
« Je trouve ça ridicule, j'ai l'impression qu'ils ne nous aiment pas et qu'ils veulent faire comme si on n'avait jamais été ensemble dans un seul et même Etat. Moi je comprends tout en tchèque, parce qu'ici on a toutes les chaînes de télé tchèques, et puis le plus souvent quand on va se louer un DVD, on met la version tchèque, parce que le doublage est de meilleure qualité que le doublage en slovaque. »

A Prague, même si beaucoup de Slovaques viennent étudier et travailler ici, c'est vrai que les occasions d'entendre parler slovaque sont plutôt rares. Dans les médias l'une des seules voix slovaques que l'on entend régulièrement est celle de la correspondante de la télévision publique en Slovaquie, et de temps en temps quelques programmes radio.

Et signe des temps, pour la première fois, un film slovaque a récemment été doublé avant d'être diffusé sur la télévision tchèque. Alors pour que les futures générations ne considèrent pas le slovaque comme une langue étrangère, le ministère tchèque de l'éducation a tenté de mettre en place un programme spécial, grâce auquel plusieurs matières pourraient être de temps en temps enseignées en slovaque. Tatiana Holasova est l'une des coordinatrices du projet :

Ce projet pédagogique reste facultatif et son ampleur limitée, mais les Tchèques se veulent optimistes : leurs enfants ne considèreront jamais le slovaque comme une langue vraiment étrangère. Beaucoup se disent en plus que les nouvelles technologies favorisent la compréhension mutuelle : grâce au câble et au satellite notamment, les jeunes Tchèques peuvent désormais suivre leurs matches de foot et surtout leurs matches de hockey préférés, avec des commentaires en slovaque.