Les ressortissants russes munis d’un visa Schengen ne pourront plus entrer en Tchéquie

A compter du 25 octobre, la Tchéquie n’autorisera plus l’entrée sur son territoire aux touristes, sportifs et artistes russes disposant d’un visa donnant accès à l’espace Schengen de libre circulation au sein de l’Union européenne. Une décision prise par le gouvernement de coalition mercredi.

Au lendemain de l’attaque russe contre l’Ukraine le 24 février dernier, la République tchèque avait été le premier Etat membre de l’UE à suspendre la délivrance de visas aux citoyens russes. Cette interdiction toujours en vigueur, avait été également imposée aux citoyens du Bélarus, sauf dans des cas humanitaires.

Jan Lipavský | Photo: Christoph Soeder,  ČTK/DPA

Selon le ministre des Affaires étrangères, Jan Lipavský (Pirates), qui a expliqué que la République tchèque suivait l’exemple de la Finlande, de la Pologne et des Etats baltes, cette mesure concernera essentiellement les gens qui arrivent à l’aéroport de Prague. Selon les données dont dispose le ministère, jusqu’à 200 ressortissants russes entrent sur le territoire tchèque par la frontière extérieure de l’espace Schengen, notamment via l’aéroport international tchèque, à des fins touristiques, sportives ou culturelles. Ces personnes qui ont obtenu un visa Schengen par d’autres Etats leur délivrant encore, se verront désormais refuser l’entrée, comme le justifie le chef de la diplomatie tchèque :

« Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur le fait que la Russie bombarde sans scrupules des cibles civiles en Ukraine. Nous devons prendre des mesures qui enverront un signal clair à la Russie que cela n’est pas acceptable. »

Pour l’ancien diplomate tchèque Jiří Schneider, cette décision est avant tout un geste symbolique :

Jiří Schneider | Photo: Ben Skála,  Benfoto/Wikimedia Commons,  CC BY-SA 3.0

« Cette décision est importante dans une situation où l’Union européenne n’est pas unie et où certains États membres délivrent encore des visas aux citoyens russes. Cela s’applique aux pays de l’espace Schengen, de sorte que les Russes peuvent voyager sur l’ensemble du territoire. Vous ne pouvez pas l’empêcher le long des frontières terrestres, mais vous pouvez déclarer une interdiction. Ainsi, les citoyens russes ne peuvent pas être sûrs de pouvoir franchir la frontière tchèque. Nous rejoignons les pays qui ont pris une mesure similaire - la Pologne, les pays baltes et la Finlande. C’est une façon de dire aussi que cela ne concerne pas seulement les pays limitrophes de la Russie. L’escalade de la guerre en Ukraine est si importante qu’elle nécessite de nouvelles étapes. Nous ne pouvons pas faire comme si rien ne se passait et comme si les citoyens d’un pays qui commet des massacres en Ukraine pouvaient voyager librement. »

Le mois dernier, le ministre des Affaires étrangères avait déjà adressé une fin de non-recevoir sur la question de la délivrance de visas humanitaires aux Russes qui fuient leur pays pour éviter la mobilisation.

Le visa humanitaire est le seul type de visa encore disponible aux ressortissants russes (et biélorusses) pour des cas exceptionnels. Il peut être délivré par exemple aux opposants au régime de Vladimir Poutine persécutés dans le pays et aux militants des droits de l’Homme.

Cheffe de file de l’opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa a exprimé sa reconnaissance au gouvernement tchèque d'avoir fait une exception pour les étudiants biélorusses boursiers, toujours bénéficiaires de visas.

https://twitter.com/Tsihanouskaya/status/1580505393859788800

Auteur: Anna Kubišta
lancer la lecture

En relation