Les travailleurs immigrés plus nombreux

r_2100x1400_radio_praha.png

Le nombre de travailleurs immigrés en République tchèque a augmenté l'an dernier de 10%. Il s'agit des travailleurs présents légalement dans le pays et dont le nombre a dépassé, à la fin du premier semestre de cette année, 41.000. Pour les seuls mois d'avril, mai et juin, il y eut 2500 inscrits de plus, puisqu'au mois de mars encore le nombre de ces travailleurs n'excédait pas les 37.500. Un si important afflux de main d'oeuvre, est, selon le ministère du Travail et des Affaires sociales, d'abord le fait de l'afflux des investissements. Les firmes étrangères embauchent dans leurs succursales beaucoup d'étrangers.

Ce que l'administration tchèque cherche à faire, c'est attirer dans le pays, avant tout, du personnel qualifié. Ensemble avec le ministère de l'Intérieur, le ministère du Travail informe du profil de l'immigré souhaité en Tchéquie et lui indique les avantages qu'il pourrait avoir aussi bien que les facilités d'obtention de la carte de séjour. Dans le même temps l'administration se déclare prédisposée à régulariser la situation de travailleurs qualifiés, qui occuperaient déjà dans le pays un emploi illégalement. A côté des 40.000 étrangers détenteurs d'une autorisation de travail, il y a 60.000 étrangers inscrits comme entrepreneurs. Quant au chiffre des travailleurs étrangers au noir, il est estimé à 80.000, soit le double des travailleurs autorisés.

La communauté des travailleurs la plus importante en Tchéquie sont les Ukrainiens : 17.000, suivis par les Polonais : 7.300. Les Slovaques ne sont pas comptabilisés, en raison du régime spécial dont ils bénéficient dans le cadre d'un accord bilatéral entre les deux gouvernements, hérité de la partition de la Tchécoslovaquie. Les Slovaques travaillant en Tchéquie sont 65.000. Quant au niveau intellectuel des travailleurs immigrés, 25% ont fait le lycée ou des études supérieures.

Au ministère du Travail et des Affaires sociales, on n'est pas satisfait à l'idée que les entrepreneurs étrangers sont plus nombreux que ceux qui viennent travailleur. On pense que cette prépondérance ne reflète pas la réalité, estimant qu'elle est la survivance d'abus ayant été commis, par le passé, à la faveur d'une législation laxative. On donne l'exemple de la communauté russe, importante en Tchéquie, mais où seuls 1000 occupent un travail rémunéré. Les autres sont entrepreneurs ou associés.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture