L’itinéraire de Jan Švejnar, un exilé de retour au pays

Jan Švejnar

Et face de Vaclav Klaus, un candidat que l’on connaît peut-être moins, Jan Švejnar, candidat qui a réussi à se faire remarquer en peu de temps avec une campagne courte mais efficace. Voici son portrait :

Le professeur Jan Švejnar est un économiste renommé qui se spécialise notamment dans l’économie des pays en voie de développement et dans la stratégie des transformations économiques. Né en 1952 à Prague, il quitte la Tchécoslovaquie dans les années soixante-dix pour rejoindre ses parents qui ont déjà fui le régime communiste. Après des études dans les universités Cornell et Princeton aux Etats-Unis, il donne des conférences à l’Université Cornell, puis à celle de Pittsburgh et finalement, à partir de 1996, à l’Université du Michigan.

Dès 1989, après la chute des régimes communistes en Europe centrale, Jan Švejnar renoue avec la Tchécoslovaquie car il désire contribuer au retour de sa patrie dans la communauté des pays démocratiques et développés. Il souligne dès le début qu’un tel objectif ne peut être atteint que par des changements économiques mais que ces changements doivent être étroitement liés avec un nouveau cadre juridique et le respect des règles du jeu, de la justice et de la culture politique.

Jan Švejnar, photo: CTK
En 1989, Jan Švejnar publie une étude intitulée « Stratégie de la transformation économique de la Tchécoslovaquie » et dès lors, il travaille comme commentateur et critique de la politique économique de son pays et conseiller de plusieurs politiciens dont le président Václav Havel. Il crée à l’Université Charles de Prague le centre des recherches économiques CERGE-IE, institution qui parachève la formation de jeunes économistes tchèques et étrangers.

A partir de 1990 Jan Švejnar partage son existence entre les Etats-Unis, où il est professeur à l’Université de Michigan et directeur du Centre pour la politique internationale, et la République tchèque, où il dirige le centre CERGE-EI. Il est marié et père de deux enfants. Sa femme Katherine Terell est également professeur d’économie à l’Université du Michigan. Son fils Daniel vit et travaille à New York, sa fille Laura étudie la psychologie à l’Université du Michigan. Actuellement Jan Švejnar a la double nationalité, tchèque et américaine. Il a promis de renoncer à la nationalité américaine au cas où il serait élu président de la République tchèque.