L'une des grandes marques de l'industrie lourde tchèque, Zbrojovka Brno, a été vendue aux enchères

Photo: CTK

Un coup de marteau a mis fin, la dernière journée de janvier, à toute une ère presque centenaire de l'une des marques industrielles tchèques les plus connues - l'usine d'armement Zbrojovka Brno. Le fleuron de la mécanique lourde d'autrefois a été vendu aux enchères pour 707 million de couronnes.

Photo: CTK
L'ambiance était tendue dans la salle, avant que le marteau soit tombé sur 707 millions de couronnes, soit le double du prix de mise. Dans l'histoire du pays, c'est la plus haute enchère réalisée. Le nouveau propriétaire de Zbrojovka est la société d'investissement tchéco-slovaque J & T. Pour le moment, elle n'a pas révélé ce qu'elle projette de faire avec des bâtiments délabrés occupant un terrain de 22 hectares dans la localité lucrative près du centre de la métropole morave, Brno.

Dusan Palcr, photo: CTK
« Nous avons quelques idées, en ce moment, je ne voudrais pas spéculer, il faut bien analyser la situation et prendre une décision réfléchie, » dit Dusar Palcr de la société. L'un des plus grands groupes financiers en Tchéquie, J & T est connu pour être le propriétaire de Sparta Prague. Il contrôle les actions de l'énergétique de Prague et de CKD Blansko. Récemment, la société a annoncé son intention de construire dans le quartier praguois de Karlin, à l'emplacement d'anciennes usines mécaniques, un centre commercial. On s'attend à ce qu'il en soit de même pour Zbrojovka, à Brno.

Aujourd'hui, celle-ci est un complexe de bâtiments en état délabré, pour la plupart loués. Le plus ancien date de 1870. La majorité des édifices a vu le jour dans les années 1930, période du plus grand essor, lorsque Zbrojovka possédait 70 usines et employait 50 000 personnes. Elle était producteur d'armes, mais aussi de voitures, tracteurs, moteurs d'avions, appareils téléphoniques, machines à écrire, calculatrices qui portaient la célèbre marque. Au début de 1990, Zbrojovka a été privatisée. Des productions sans avenir ont été fermées, les effectifs réduits. Jusqu'en 1998, Zbrojovka produisait près de 20 000 armes de chasse et de sports dont 90% étaient exportés. La procédure de liquidation judiciaire a été ouverte il y a 4 ans. La dernière usine a fermé en été dernier.

Le sort de Zbrojovka est semblable à celui d'autres firmes célèbres, telles que l'Aciérie Poldi, Eska-producteur de vélo ou encore Liaz Jablonec, producteur de camions qui remportaient les rallyes Paris Dakar. Selon le journal Hospodarske noviny, la fin de l'usine légendaire est la conséquence d'une évolution naturelle et son destin s'inscrit aux côtés de tant d'autres qui n'ont pas survécu à l'arrivée de l'économie de marché mondiale en République tchèque.