Nouvelle usine Hyundai en République tchèque : entre 800 millions et un milliard d'euros d'investissements en perspective

Kim In-So, photo: CTK

L'accord était pressenti depuis quelques semaines et vient d'être partiellement conclu ce lundi. Le constructeur automobile sud-coréen Hyundai et le gouvernement tchèque se sont entendus sur la construction d'une usine dans l'est du pays. Avec près d'un milliard d'euros d'investissements en perspective, l'arrivée de Hyundai devrait avoir d'importantes retombées économiques pour tout le pays.

Après Toyota et PSA, qui ont récemment installé leur usine commune à Kolin, c'est donc au tour de Hyundai de choisir la République tchèque pour y construire ses véhicules destinés au marché européen. Nosovice, à quelques kilomètres d'Ostrava en Moravie, tel est le nom de la commune sur laquelle va être bâtie cette nouvelle usine qui devrait commencer à produire ses premières voitures en octobre 2008.

Suite au mémorandum signé lundi avec les autorités tchèques, le constructeur sud-coréen annonce un investissement évalué entre 800 millions et un milliard d'euros. « Le plus important investissement étranger de l'histoire moderne du pays », a souligné Milan Urban, ministre de l'Industrie et du Commerce :

Kim In-So avec Evzen Tosenovsky et Milan Urban, photo: CTK
« Nous envisageons de conclure un accord définitif d'ici à la fin mai. C'est une grande opportunité pour les entreprises tchèques, une grande opportunité pour les sous-traitants. Cet investissement va également contribuer à améliorer les chiffres du commerce extérieur d'environ 54 milliards de couronnes. 300 000 véhicules y devraient être montés ainsi que 600 000 boîtes de vitesses, destinées également à l'usine slovaque. »

L'usine slovaque à laquelle le ministre fait allusion est celle de Kia, filiale de Hyundai, installée à Zilina, une centaine de kilomètres à l'est de Nosovice.

Kim In-So, photo: CTK
Dans un premier temps, le nouveau site tchèque de production devrait compter près de 3 000 employés. Cet investissement devrait également générer près de 12 000 emplois indirects chez ses sous-traitants.

Plusieurs pays, dont la Hongrie, la Pologne et la Turquie, étaient candidats pour accueillir le constructeur sud-coréen, mais ce sont donc finalement les Tchèques qui se sont montrés les plus convaincants. Kim In-So, vice-président de Hyundai :

« C'est très important pour notre stratégie globale de disposer d'une usine en Europe, une usine qui sera au centre de cette nouvelle stratégie. Nous avons presque terminé les discussions avec la partie tchèque et ce sera une configuration « win-win », dans laquelle tout le monde sera gagnant. Il n'y a aucun problème. »

Selon le ministre de l'Industrie, Prague offrira environ 4,3 milliards de couronnes en dotations directes à Hyundai, auxquelles s'ajoutent des aménagements fiscaux de plus d'un milliard de couronnes. Les termes de l'accord doivent encore être entérinés par le gouvernement tchèque, la société Hyundai Motor et les autorités régionales pour la signature définitive en mai prochain.