Nouvelles accusations d'anciens dirigeants communistes

r_2100x1400_radio_praha.png

Quatre anciens hauts dirigeants communistes, Lubomir Strougal, Milos Jakes, Jozef Lenart et Karel Hoffmann, feront dans les prochains jours, face à de nouvelles accusations. Lesquelles, et pourquoi si tard - les réponses avec Jarka Gissubelova.

Le parquet de Prague a mis au point les accusations contre quatre anciens hauts dirigeants communistes. Lubomir Strougal, ancien ministre de l'Intérieur et chef du gouvernement, est accusé d'avoir bloqué l'enquête sur un triple meurtre commis par la police secrète, la StB. L'ex-secrétaire général du parti communiste tchécoslovaque, Milous Jakes, l'ancien Premier ministre tchécoslovaque Jozef Lenart, et l'ex-chef du conseil central des Syndicats, Karel Hoffmann, seront accusés de haute trahison. Jakes et Lenart pour avoir préparé, le 21 août 1968, jour de l'occupation soviétique, la proclamation d'un gouvernement d'ouvriers et de paysans. Hoffmann est accusé d'un sabotage: le 21 août, il a ordonné de couper les émissions radiophoniques et télévisées. L'avocat des trois inculpés, Kolja Kubicek, affirme qu'il n'y a pas de preuves pour appuyer ces accusations.

L'initiative du parquet de Prague a été accueillie par tous ceux qui critiquent la lenteur avec laquelle les anciens hauts dirigeants communistes sont poursuivis. A ce jour, en effet, le Bureau de documentation et d'enquête sur les crimes du communisme a poursuivi 163 personnes. Le parquet a obtenu 60 projets d'accusations. 53 personnes ont été accusées. 9 seulement condamnées. Karel Plocek, de la Confédération des prisonniers politiques, estime qu'à l'opposé des juges allemands, les juges tchèques sont trop indulgents. Selon Jaroslav Karafiat, ancien prisonnier politique, une part de responsabilité de l'ajournement des procès revient aussi au ministre de la Justice, Jaroslav Bures. Certains députés de l'opposition lui donnent raison. A citer Marek Benda, du Parti civique démocrate, la social-démocratie au pouvoir manifeste très peu de volonté politique pour punir les auteurs de crimes communistes.