Pavel Kohout : la jeunesse d’un octogénaire

Pavel Kohout, photo: www.festivalretz.at

Représentations théâtrales, articles dans la presse, émissions spéciales à la radio et à la télévision, hommages publics, signatures, tout cela et bien d’autres manifestations encore font partie des célébrations du 80e anniversaire de l’écrivain tchèque Pavel Kohout. A 80 ans, cet homme qui semble être né pour rester placé pendant toute sa vie au premier plan de l’actualité, homme admiré par les uns et décrié par les autres, continue à alimenter la polémique et à écrire. A un âge ou d’autres se retirent de la vie publique, Pavel Kohout n’entend pas se taire et poursuit une oeuvre qui a déjà laissé son empreinte dans la littérature tchèque de la seconde moitié du XXe siècle.

Ce sont probablement les années 1960 qui resteront la période décisive dans l’évolution spirituelle et dans la vie de Pavel Kohout. A cette époque, le jeune poète jusqu’alors aveuglé par l’étoile rouge du communisme recouvre la vue. Tandis que dans les années cinquante il a célébré dans ses vers la vie sous le régime totalitaire, écrit des odes à Staline et s’est rapidement imposé comme le héraut de la propagande communiste, dans les années soixante il commence à douter.

Le défenseur presque fanatique de la dictature du prolétariat change progressivement pour devenir un des artisans de ce qu’on appellera plus tard le Printemps de Prague. C’est lui qui sera une des figures importantes du formidable mouvement politique, social et culturel, mouvement qui poussera tout un peuple à la reconquête de la liberté et de la démocratie. Les années des aberrations staliniennes resteront pourtant comme une tâche ineffaçable sur la carrière de Pavel Kohout. Interrogé par la suite sur cette période de sa vie, il aura cependant toujours la force de reconnaître les erreurs qu’il a commises :

« Je fais partie d’une génération qui a vécu deux défaillances. D’abord celle du système économique dans les années trente. Et ensuite celle de notre système de sécurité, défaillance des puissances occidentales à Munich. C’est pourquoi la majorité des habitants de la Tchécoslovaquie après la guerre a souhaité changer complètement de système politique, remplacer le capitalisme par le système socialiste. Et au lieu de se fier à la protection des puissances occidentales, ils désiraient se réfugier sous la protection de l’Union soviétique. (…) C’est ainsi que même des grands poètes tchèques, des grands noms de notre littérature, ont accueilli de leurs voeux l’arrivée de l’armée soviétique et le virage vers le socialisme, avant de se rendre compte, que nous étions tous devenus victimes d’un crime. »


S’il y a cependant quelque chose qui ne change pas dans la vie de Pavel Kohout dans les années soixante, c’est son incapacité à se tenir à l’écart des événements. Son énergie ne lui permet pas de rester un simple observateur. Le défenseur inconditionnel du communisme devient son sévère critique et son réformateur. Le Parti communiste devient pour lui l’unique plateforme pour les changements positifs sans épanchements de sang. Après l’invasion soviétique en août 1968 il est cependant exclu du parti et devient un des grands adversaires du régime de la normalisation qui s’installe pour deux décennies dans le pays occupé. Personnalité importante de la dissidence tchèque, l’écrivain, qui est aussi un des initiateurs de la Charte 77, ne se laisse pas décourager et lutte contre le régime avec les moyens que lui donne sa plume. Et il continuera son combat même après 1979 lorsque le régime le forcera à s’exiler.

Installé en Autriche, Pavel Kohout poursuit son œuvre littéraire et dramatique et devient peu à peu un des écrivains et dramaturges tchèques les plus traduits, les plus lus et les plus joués à l’étranger. Ce n’est qu’après la chute du communisme en 1989 qu’il pourra revenir dans son pays. Depuis, il partage sa vie entre Prague et Vienne mais il s’interdit de prendre une part active dans la vie politique tout en restant un observateur, un commentateur et un critique de ses contemporains. Il n’oublie pas que certains aspects de sa personnalité peuvent le rendre antipathique :

«Je peux imaginer que ma façon de vivre, très extravertie et qui ne manquait pas d’humour dans les pires moments, peut irriter beaucoup de personnes. Dans les situations dramatiques j’ai toujours essayé d’être un acteur actif plutôt qu’une victime. Moi, je n’aime pas non plus les pisse-froid, les gens qui manquent d’humour, mais à partir du moment où je découvre une profondeur dans leur vie, ils me sont plus proches que les gens de mon espèce. Et de mon côté, j’ai déjà trouvé pas mal de gens qui se résignent à accepter ma façon de vivre parce qu’ils ont découvert en moi, eux aussi, un certain sérieux et une certaine profondeur. »


Aujourd’hui, Pavel Kohout peut jeter un regard satisfait sur l’ensemble de son œuvre. Lauréat de plusieurs prix, il est non seulement comblé d’honneurs mais il est aussi, ce qui est plus important, lu et écouté. 45 premières de ces pièces ont été jouées dans les théâtres tchèques depuis 1990 et son théâtre est connu également à l’étranger. Rien que sa pièce « Auguste, auguste, auguste » a été montée, depuis sa création en 1967 jusqu’à la moitié des années 1990, en 125 productions dans de nombreux pays et a connu 3000 reprises. Toute une série de ses pièces et romans ont été également traduits en français. Le journaliste et écrivain Karel Hvížďala s’interroge sur les causes d’un tel retentissement de ses oeuvres :

« Le succès international de Pavel Kohout réside très probablement dans le fait que sa défaillance personnelle, qu’il reflète d’ailleurs dans la plupart de ses oeuvres, est une défaillance modèle d’une grande partie de l’intelligentsia européenne. Elle s’est laissée séduire, elle aussi, pour un temps par l’idéologie totalitaire, brune ou rouge. Malheureusement, ceux qui reprochent à Pavel Kohout son adhésion active au communisme ne comprendront jamais cette dimension de son œuvre.»

Et Karel Hvížďala de rappeler que ceux qui reprochent à Pavel Kohout d’avoir mis en scène toute sa vie comme une espèce de théâtre, oublient que c’est justement sa faculté à voir le monde comme le théâtre qui fait de Pavel Kohout un dramaturge à succès. A son avis, si Pavel Kohout était né avec toutes ses facultés aux Etats-Unis, il figurerait aujourd’hui parmi les auteurs les plus connus au monde.