Presse : Biographie de Kundera - Election présidentielle en Pologne - Milada Horáková - Parti communiste

L’écrivain Jan Novák avec la biographique Kundera : Český život a doba, photo: ČTK/Igor Zehl

Cette nouvelle revue de presse présente d’abord quelques réactions liées à la parution d’une biographie tchèque consacrée à Milan Kundera. Elle s’intéressera ensuite à l’élection présidentielle en Pologne. Notre magazine soulève également la question de la responsabilité liée à la mort de la femme politique Milada Horáková, exécutée en 1950 avant de se pencher sur le parti communiste et son électorat.

La récente parution de la biographie Kundera : Český život a doba (Une vie tchèque en son temps), de l’écrivain Jan Novák qui entremêle l’œuvre et la vie du romancier a suscité des émotions et des réactions contradictoires, rarement vues dans le microcosme littéraire tchèque. Dans un article intitulé « Kundera, ce salaud » publié dans le dernier supplément Orientace du quotidien Lidové noviny, l’historien Petr Zídek écrit :

« Cette biographie de près de 900 pages est tout bonnement un pamphlet de grande ampleur. Elle fait tout pour présenter Milan Kundera sous un mauvais jour. Sélectif, son auteur n’évoque que ce qui correspond à l’image d’un écrivain qui a failli du point de vue de la morale. Il ne lui reconnaît de circonstances atténuantes que de manière très exceptionnelle. Lorsqu’il cherche une raison au comportement du romancier, c’est toujours la plus vile qu’il privilégie. De même, toute comparaison avec d’autres écrivains se révèle défavorable au romancier. Jan Novák ne manifeste même pas un soupçon d’empathie vis-à-vis de l’objet de son intérêt et de son époque. »

Dans une note publiée dans le supplément Salon du journal Právo, le journaliste estime que la biographie de Kundera n’est pas si libre qu’elle devrait l’être. « Elle est soumise à l’obligation morale et à la conviction de son auteur d’être du bon côté des barricades, là où se trouve la vérité historique ».

Le chef de la rubrique culturelle de l’hebdomadaire Respekt porte quant à lui sur l’ouvrage de Jan Novák un regard plus positif. « Ce n’est pas l’œuvre de Milan Kundera que l’auteur met en doute, mais ce sont les affirmations de ce dernier sur lui-même qu’il démasque, » écrit-il. Ce jugement est partagé par le traducteur Josef Raufvol dont la critique a été publiée sur le site web de la Télévision tchèque et qui a écrit :

« Kundera est enfin confronté à un regard qui n’est pas mis en scène par lui-même. Un regard qui est pourtant hautement professionnel, très bien écrit et étayé par des arguments. »

Dans une note mise en ligne sur le site A2larm, le politologue Ondřej Slavíček observe  que « Václav Havel et Milan Kundera ont la malchance d'être devenus à la fin de leur vie les protagonistes de livres écrits par des écrivains médiocres qui ont décidé de profiter de leur gloire ».

L’élection présidentielle en Pologne vue de Tchéquie

Rafael Trzaskowski, photo: ČTK/AP/Czarek Sokolowski

« Le deuxième tour de l’élection présidentielle en Pologne qui oppose Andrzej Duda et Rafael Trzaskowski sera probablement très serré », remarque le commentateur du site info.cz qui replace cet événement dans le contexte politique tchèque. Il écrit :

« A la différence de la Tchéquie, l’opposition polonaise n’était pas contrainte à chercher un candidat à l’improviste parmi les nombreux ‘sans-parti’, car il était clair qu’elle allait en choisir un au sein de la Plate-forme civique. Ainsi, les deux principaux candidats ne sont pas ‘indépendants’, mais sont membres des partis qu’ils représentent... Peu importe qui sera finalement le gagnant, car il s’agit d’un choix entre deux variantes qui sont bonnes. En Pologne, on assiste à un duel authentique entre deux idéologies respectables, le libéralisme et le conservatisme. Un conflit qui marque la politique polonaise depuis quinze ans déjà. C’est un constat que les Tchèques peuvent envier aux Polonais. »

Nos voisins polonais n'ont pas non plus à gérer le problème de l’existence des communistes, car ces derniers sont déjà hors jeu depuis longtemps, ajoute le commentateur avant de poursuivre :

« En outre, la Pologne n’est pas divisée sur la vision de l’Union européenne, car tant les conservateurs au pouvoir que les libéraux dans l’opposition sont proeuropéens. Cette approche est partagée par la majorité de la population. Or, la nation polonaise parvient à se concerter au sujet des questions de principe qui, en revanche, préoccupent et divisent la société tchèque, même trente ans après la chute du communisme. »

Qui est reponsable de la mort de Milada Horáková ?

Photo: ČTK/Kamaryt Michal

Le 70ème anniversaire de la mort de la juriste et députée Milada Horáková, condamnée à mort dans le cadre d’un procès politique stalinien et exécutée le 27 juin 1950, offre une occasion que l’on ne devrait pas rater. C’est ce qu’estime l’auteur d’un texte intitulé « Qui a assassiné Horáková ? » et publié dans l’édition de samedi dernier du quotidien Lidové noviny. Selon lui, la campagne d’affichage de portraits de cette femme politique, accompagnés de l’inscription ‘Assasinée par les communistes’, sur les façades des bâtiments d’importantes institutions de Prague ne dit qu’une partie de la vérité. Il explique :

« La Faculté de droit de Prague, par exemple, devrait afficher sur sa façade l’inscription ‘Assassinée par les juristes’. Une façon de rappeler la responsabilité de ces derniers et le rôle qu'ils ont joué dans les procès staliniens. L’Université Charles devrait pour sa part s’identifier avec l’inscription ‘Assassinée par les intellectuels’. De même, à la place de cette campagne, les différentes institutions tchèques feraient mieux de distribuer des copies des lettres où des citoyens ordinaires ont exprimé leur accord avec le verdict rendu. Ainsi, on reconnaîtrait que c’est nous-mêmes, les Tchèques, qui sommes les principaux acteurs de notre histoire. Et que, tout en tenant compte des chapitres glorieux de notre histoire, nous sommes appelés à assumer la responsabilité des échecs et des crimes commis. »

Le parti communiste et ses électeurs

Toujours en lien avec les commémorations liées à Milada Horáková, un commentaire publié dans le quotidien économique Hospodářské noviny s’interroge : les communistes tchèques sont-ils aujourd’hui différents de ce qu’ils étaient dans les années 1950 ? Son auteur se penche entre autres sur les électeurs du Parti communiste de Bohême et de Moravie (KSČM), plébiscité aux dernières élections de 2017 par près de 7 % des suffrages. Il indique :

« L’électorat communiste traditionnel ou, plutôt, ce qu’il en reste, est composé de personnes qui pour toutes sortes de raisons ont du mal à supporter ou à accepter la transition du régime communiste vers la démocratie. Le KSČM doit tout faire pour conserver leurs faveurs. Voilà pourquoi ses représentants soutiennent des idées qui sont populaires dans leur camp. D’où la relativisation ou la contestation du caractère criminel du régime communiste avant 1989. »

Le KSČM est-il aujourd’hui capable d’attirer d’autres électeurs que ceux de leur base traditionnelle et dont le nombre va diminuant ? Peut-il susciter un certain intérêt chez les jeunes ? Autant de questions que le commentateur soulève et auxquelles il cherche une réponse :

« On a du mal à imaginer que les communistes et leurs hauts représentants puissent attirer les jeunes. Mais cette éventualité est peut-être plus probable que l’on ne l’imagine. Il suffit de penser à une récente interview accordée au quotidien Deník N par la journaliste et documentariste Apolena Rychlíková, affiliée à gauche, dans laquelle elle déclare avoir de la compréhension pour les jeunes qui voudraient adhérer au parti communiste. »

En conclusion, le commentateur du quotidien Hospodářské noviny précise que le KSČM accueille annuellement des dizaines voire des centaines de nouveaux membres. Son bilan est pourtant défavorable en raison des pertes, causées notamment par les décès de ses nombreux membres âgés. « Une révolte des jeunes au sein de ce parti n’est donc pas à attendre », remarque-t-il.