Tatra : plus de 160 ans d’histoire

Musée de Kopřivnice, photo: Site officiel de Moravskoslezský kraj
0:00
/
0:00

La marque Tatra, l’un des premiers constructeurs automobiles en Europe centrale, a soufflé ses 164 bougies. Retour sur les origines de la légende Tatra rendue célèbre par le duo d’explorateurs Hanzelka-Zikmund et le rallye Dakar dans cette page d’histoire.

Pour reconstituer l’histoire de Tatra, il faut remonter à 1850 lorsqu’un atelier de fabrication de véhicules hippomobiles est créé dans le village austro-hongrois de Nesseldorf, nom de l’actuelle ville de Kopřivnice. Lumír Kaválek est le directeur du Musée technique de Kopřivnice qui accueille chaque année près de 90 000 visiteurs :

« En 1850, Ignac Šustala, après son retour de Vienne où il a fait ses études, crée à Kopřivnice une petite fabrique de voitures hippomobiles : carosses, traîneaux, poussettes et autres véhicules courants à l’époque. Ses produits seront connus au Japon, en Angleterre et ailleurs. En 1896, il rencontre le baron Theodor von Liebig – ami de Karl Benz, inventeur du moteur automobile à essence. C’est le baron Liebig qui va faire de l’entreprise familiale le premier constructeur automobile en Europe centrale : Liebig construit un prototype équipé d’un bicylindre d’origine Benz nommé Präsident. La vitesse de 82 km/heure au volant est extraordinaire pour l’époque. En 1897, Präsident, en tant que première voiture fabriquée sur notre territoire, bien que dans le cadre de la monarchie austro-hongroise, est présentée à Vienne. C’est ainsi que la construction automobile commence en 1897 à Kopřivnice pour durer, à quelques exceptions près, jusqu’à nos jours. »

Präsident, photo: KapitanT, CC BY-SA 3.0 Unported
Tatra a exercé l’activité de constructeur automobile entre 1897 et 1998. Aujourd’hui, l’entreprise se consacre exclusivement à la fabrication de véhicules industriels et de camions dont la tradition remonte à 1898. Durant les 160 ans d’existence, la marque a également produit des bus et bien d’autres véhicules :

« Tatra s’est lancée dans la fabrication de wagons de chemin de fer, de locomotives et, ce qu’on ignore, dans la fabrication d’avions : 35 appareils seront construits entre 1936 et 1939. Tatra, c’est aussi de la technique militaire, des moteurs de tanks, des éléments de radars passifs. Devant le musée on expose la locomotive à moteur diesel, Strela, qui a roulé sur les rails de chemin de fer en Slovaquie et qui a été classé monument culturel en 2010. Fabriquée en 1935, Strela a présenté des nouveautés révolutionnaires que le monde va redécouvrir dans les années 1960. Bref, Tatra, c’est le mouvement, la qualité, la tradition. »

Musée de Kopřivnice, photo: Site officiel de Moravskoslezský kraj
Dès 1897 apparaît la première auto, la Nesseldorf Präsident, très semblable à la Benz de l’époque. C’est le début de la commercialisation de l’automobile dans l’empire austro-hongrois. La première voiture Präsident a sillonné les routes d’Autriche-Hongrie pendant plus de 30 ans. L’original est exposé au Musée technique de Prague, tandis que Kopřivnice, lieu de sa fabrication, possède une réplique depuis 1977. Tous les dix ans, la voiture refait symboliquement le même trajet entre Kopřivnice et Vienne, en hommage au premier voyage effectué en 1897.

En 1906, apparaît le type S. Il est conçu par Hans Ledwinka, un jeune ingénieur allemand surnommé « le monsieur Tatra » qui sera à l’origine de la majorité des véhicules Tatra fabriquées jusque dans les années 1950 :

Hans Ledwinka
« Monsieur Ledwinka fut un constructeur génial, un homme qui a inventé le principe fondamental et caractéristique de Tatra jusqu’à nos jours : à savoir une remarquable aptitude au tout terrain, ce qu’on appelle le concept Tatra. Ce concept est caractérisé par un châssis à tube central. Les roues sont indépendantes grâce aux demi-essieux oscillants qui supportent bien les inégalités de hauteur et de terrain. »

La première voiture Tatra réelle est conçue par Hans Ledwinka en 1923. Connue sous le nom de Type 11, ce sera la base des modèles Tatra ultérieurs. Quant à la marque Tatra, nom des plus hautes montagnes slovaques, l’entreprise l’a adoptée en 1920, après l’éclatement de l’Autriche-Hongrie et la création de la Tchécoslovaquie.

Tatra 80, photo: Stanislav Jelen, CC BY-SA 3.0 Unported
Moteur arrière et lignes avant-gardistes caractérisent la marque dans l’entre-deux-guerres. En 1930 voit le jour Tatra 80, une voiture spacieuse spécialement conçue pour le président Tomáš Garrigue Masaryk. En 1934, Tatra fait sensation en présentant un modèle remarquable, la T 77 : une limousine de 5,2 m de long, permettant une vitesse de 153 km/heure, avec une carrosserie construite selon les principes strictement aérodynamiques. En octobre 1936, la T 77 est exposée au salon de Paris. Lumír Kaválek :

« Par superstition, Monsieur Ledwinka, après avoir construit sa première voiture aérodynamique fabriquée en série, la T 77, a décidé de nommer ses voitures en répétant le chiffre 7: c’est ainsi que ses modèles s’appeleront la T 87, la T 97… Cette pratique est devenue courante chez Tatra. Mais il est vrai que plusieurs voitures, importantes d’un point de vue national, ont leur propre nom. Ainsi, la première voiture fabriquée sur le territoire tchèque s’appelle Präsident. Lise ou Barbe bleue sont des noms donnés aux voitures qui ont représenté notre pays aux rallyes internationaux. Or, d’un point de vue officiel et commercial, il n’est pas bon de donner des noms propres aux modèles de voitures. Une exception qui confirme la règle – le dernier modèle, la T 158, a été baptisé Tatra Phénix, du fait sans doute qu’on a souhaité vivement que Tatra, à l’instar de cet oiseau légendaire, déploie ses ailes sur le monde entier. »

Mais revenons encore à l’histoire de la marque. En 1945, Tatra décide de donner une remplaçante à la défunte T 97. Or Hans Ledwinka est arrêté pour collaboration. Sorti de prison en 1951, il s’installe à Vienne et ne retournera jamais en Tchécoslovaquie. Le nouveau modèle, dit Tatraplan, finalisé en 1947 disparaîtra prématurément. Tatra travaille sur un nouveau projet, la 603. Présenté à la foire de Brno en 1956, le style de ce modèle se veut moderne et surprenant et sera produit jusqu’en 1975, laissant la place à la nouvelle 613. L’entreprise Tatra est alors le fournisseur quasi-exclusif des voitures officielles du gouvernement communiste. Il n’est donc guère étonnant que le passage au capitalisme ait été difficile pour la marque. La production de la 613 cesse en 1996, et depuis 1998, Tatra se consacre entièrement à la production de camions.

Le musée de Kopřivnice présente une panoplie de modèles Tatra fabriqués entre 1897 et 1996. Lumír Kaválek s’arrête devant les plus grandes raretés :

« Il y a des voitures absolument uniques par leur histoire. Beaucoup se souviendront du duo d’explorateurs, Hanzelka-Zikmund qui ont fait le tour du monde au volant de la légendaire Tatra 87. Depuis leur première expédition en Afrique, en 1947, jusqu’aux années 1960, le duo s’est rendu dans une centaine de pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine. En plus de cela, il y a d’excellents camions tout terrain qui se sont illustrés à plusieurs reprises au Dakar. Tout le monde connaît sans doute le pilote de camion Karel Loprais, désormais à la retraite, qui a remporté six fois le Rallye Dakar au volant de Tatra. Parmi d’autres curiosités, la série complète de la Tatra 613, très populaire sous le régime socialiste et au début des années 1990, sans oublier le tout dernier modèle de Tatra avec sa partie arrière restylisée, la Tatra 700, qui disparaît en 1998, après 65 exemplaires produits. »


Rediffusion du 04/04/2012