Toponymie : Moravie, Morava et Vltava - Moldau

Morava, photo: Dvorake5, CC BY-SA 3.0 Unported
0:00
/
0:00

Salut à tous, les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vam vsem, milovnikum cestiny Radia Praha ! Ce nouveau numéro du « Tchèque du bout de la langue » sera consacré à la poursuite de notre étude toponymique des lieux tchèques. Après nous être intéressés à la Bohême - Cechy, et à Prague - Praha, nous allons cette fois-ci rechercher les origines de la Moravie - Morava, et des deux principales rivières qui traversent la Tchéquie, la Morava et la Vltava. Bon amusement - Dobre se bavte !

Morava, photo: Dvorake5, CC BY-SA 3.0 Unported
Salut à tous, les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Ce nouveau numéro du « Tchèque du bout de la langue » sera consacré à la poursuite de notre étude toponymique des lieux tchèques. Après nous être intéressés à la Bohême - Čechy, et à Prague - Praha, nous allons cette fois-ci rechercher les origines de la Moravie - Morava, et des deux principales rivières qui traversent la Tchéquie, la Morava et la Vltava. Bon amusement - Dobře se bavte !



La Moravie - Morava est l'appelation de la deuxième des trois régions, avec la Bohême -Čechy, et la Silésie - Slezsko, qui composent la République tchèque. Frontalière à l'Autriche et à la Slovaquie, elle constitue la partie orientale du pays et est traversée par la rivière Morava, dont le nom est identique en français et en tchèque. Signalons que deux rivières d'Europe centrale portent le méme nom, Morava. L'une est l'affluent (rive droite) du Danube et arrose la Serbie du Nord au Sud. La seconde, celle qui nous intéresse, longue de 360 kilomètres, est également un affluent (rive gauche, cette fois) du fleuve légendaire. La Morava forme la frontière entre la Moravie, et par conséquent la République tchèque, et la Slovaquie, puis, plus au sud, entre cette même Slovaquie et l'Autriche. Le nom de la rivière est l'une des appelations hydrographiques les plus anciennes en Europe dont la signification originelle est « eau, marais, marécage ». On retrouve d'ailleurs la racine du nom, « -mo » dans le mot tchèque « moře" - "la mer", mais aussi dans le mot latin, mare, et allemand, Meer.



Vltava à České Budějovice, photo: Cheva, CC BY 3.0 Unported
La rivière portait son nom avant même l'arrivée des Celtes sur le territoire des pays tchèques. Pline l'Ancien, un naturaliste romain du Ier siècle, connu pour son Histoire naturelle, vaste encyclopédie des connaissances de son temps, appelait la rivière Maro, tandis que Tacite, un historien latin, lui donna le nom de Marus. Par la suite, dans les régions où l'on parlait le germain, on ajouta le suffixe ahwa, qui signifie "eau, rivière" à la racine latine -mar, ce qui donnait alors Marahwa. Dans les langues slaves, ce suffixe -ahwa se transforma en -ava, d'où l'appelation finale Morava.



Quant à la région Moravie - Morava, son appelation est, tout simplement, identique à celle de la principale rivière qui la traverse.



La Vltava (prononcez "Veltava" en intercalant un -e muet entre les deux premières consonnes), plus connue en dehors des frontières de la Tchéquie, sous son appelation allemande Moldau, est l'autre principale rivière du pays. Longue de 430 kilomètres, elle prend sa source à 1100 mètres d'altitude dans la Sumava, chaîne de montagnes de Bohême du Sud parfois également appelée forêt de Bohême. La Vltava traverse la Bohême du sud au nord, arrosant notamment les villes de České Budějovice et de Prague, avant de se jeter dans l'Elbe.



Vltava, photo: Miloš Turek
Dans les chroniques, la mention la plus ancienne de la rivière remonte à 872, on l'appelait alors Fuldaha, puis, plus tard, en 1113, Wultha. Mais c'est dans les chroniques de Kosmas datant du début du XIIe siècle qu'on trouve pour la première fois trace d'une appelation revêtant une forme tchèque. En 1125, le chroniqueur évoque, en effet, la rivière Wlitaua. L'hydronyme ou, si vous préférez, le nom d'un lieu ayant trait à l'eau, tire son origine de l'appelation germaine reconstituée à partir de la racine -Wilth et du suffixe -ahwa, que nous avons déjà évoqué pour la Morava. La racine -Wilth signifiait donc "fougueux, violent, impétuent, tumultueux", le suffixe -ahwa "eau, rivière", et l'assemblage des deux éléments "Wilthahwa" veut donc dire littéralement "rivière tumultueuse". Puis cette appelation germanique évolua avec le vieux tchèque avant de donner sa forme actuelle Vltava. Ce n'est qu'ensuite que l'appelation allemande Moldau apparut. Mais celle-ci n'est qu'une transformation, une évolution du nom tchèque Vltava. La mention écrite la plus ancienne date de 1253, sous la forme de Moltaua, les deux -V du nom tchèque Vltava ayant subi ce que l'on appelle une dissimilation, c'est à dire une différenciation de deux phonèmes, deux éléments sonores du langage articulé, identiques d'un mot.



Vltava, photo: Archives de Radio Prague
C'est avec le poème symphonique de Bedrich Smetana, Vltava, description des différents tableaux qui s'offrent au fil du cours de la rivière que se termine ce "Tchèque du bout de la langue". Précisons encore à propos de Smetana, compositeur patriotique, et à l'attention des mélonames et amoureux de musique qu'il est préférable de ne pas utiliser le mon allemand pour mentionner la symphonie. Le faire serait rendre un bien piètre hommage à l'auteur qui a lutté toute sa vie pour la reconnaissance de la culture et de la langue tchèques. En attendant de vous retrouver la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, n'oubliez pas de porter le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !