Une exposition sur les Tchèques parisiens

r_2100x1400_radio_praha.png

Les artistes tchèques qui ont vécu et travaillé en France, c'est un lien solide entre les cultures française et tchèque. Une exposition sur les peintres tchèques qui ont subi l'influence de l'art français entre les années 1850 et 1910 sera inaugurée, ce mercredi, dans la Galerie Rudolfinum à Prague. Vaclav Richter.

Tandis qu'au début du 19ème siècle les peintres et les sculpteurs cherchaient leur inspiration en Italie, à partir de 1850 ils ont commencé à affluer en France. Ils étaient bien nombreux à considérer la France et sa capitale comme la terre promise. Parmi les premiers Tchèques parisiens il faut nommer Jaroslav Cermak qui a remporté un grand succès avec ses tableaux sur la vie et l'histoire des habitants du Monténégro. Un peu plus tard, les milieux artistiques parisiens ont accueilli les peintres Vaclav Brozik et Vojtech Hynais. Le premier s'est installé en France où il a peint beaucoup de paysages et scènes de la campagne, mais s'est fait connaître surtout grâce à ses grands tableaux historiques d'un style assez académique. Le second a trouvé en France non seulement l'inspiration mais aussi les modèles pour ses tableaux y compris pour son chef-d'oeuvre - le rideau du Théâtre national de Prague. A noter que la jeune fille qui lui servait de modèle pour le génie symbolisant sur le rideau la gloire de la nation tchèque s'appelait Suzanne Valadon et devait devenir un peintre célèbre. Parmi d'autres artistes qui affluaient à Paris il y avait par exemple le paysagiste Antonin Chitussi qui a développé d'une façon assez personnelle la leçon des peintres de Barbizon, Vaclav Radimsky qui a subi l'influence des impressionnistes, Ludek Marold, auteur des aquarelles élégantes très à la mode, Alfons Mucha, un des artisans de l'Art nouveau qui est devenu célèbre grâce à ses affiches pour Sarah Bernhardt et finalement Frantisek Kupka considéré comme un des fondateurs de l'art abstrait. Bien que l'exposition de la galerie Rudolfinum ne retrace que la période entre les années 1850 et 1910, il faut ajouter que Paris continuait à exercer son attrait irrésistible sur les artistes tchèques aussi au 20ème siècle et nombreux d'entre eux ont acquis dans la capitale française une renommée internationale et trouvé en France leur seconde patrie. Parmi eux il y avait par exemple Josef Sima, Otakar Kubin, Toyen et Jiri Kolar. En somme, c'est une longue histoire d'amour entre les artistes tchèques et Paris, histoire qui, espérons-le, est loin d'être terminée.