Une funambule sur Prague : un film sur l’étonnant exploit de Tatiana Mosio-Bongonga au-dessus de la Vltava

'Une funambule sur Prague', photo: Site officiel du Festival du film français

En août 2019, la funambule réunionnaise Tatiana Mosio-Bongonga a traversé la rivière Vltava à Prague, en ouverture du festival du cirque nouveau Letní Letná. A hauteur de 35 mètres et sans gainage, sur un fil de 350 mètres tendu entre la Faculté de droit - dans la Vieille-Ville de Prague - et l’esplanade de Letná, Tatiana avait alors réalisé la traversée la plus longue de sa carrière. Deux cinéastes tchèques ont tourné un film sur son exploit. Intitulé « Provazochodkyně nad Prahou » (Une funambule sur Prague), le documentaire est à voir ce lundi soir dans le cadre du Festival du film français.

« J’avais sept ans et demi quand j’ai vu une funambule qui traversait entre deux immeubles. Quand je l’ai regardé, pour moi, c’était très fort : beau et violent, j’avais des sentiments mélangés. Je voyais une femme sur un fil qui avait un grand sourire, alors que moi j’étais au sol et j’étais quelqu’un d’assez triste et renfermé sur moi-même. Je me suis dit : c’est peut-être possible d’être heureux. J’avais envie d’être à sa place. »

C’est un témoignage plein d’émotion que nous livre Tatiana Mosio-Bongonga dans ce film qui documente les préparatifs de son impressionnante traversée au-dessous de la Vltava, ainsi que la performance elle-même, suivie, en cette journée estivale de 2019, par des foules de Pragois et tous les médias tchèques.

Václav Flegl qui a co-réalisé le documentaire avec Jakub Voves, nous raconte le déroulement du tournage :

Václav Flegl,  photo: ČFTA

« L’idée de faire ce film est venue de l’équipe du festival Letní Letná, car dès le début, on savait que cette traversée allait être quelque chose d’exceptionnel. Nous avons collaboré avec la Radio publique tchèque qui a diffusé la performance en streaming. Nous avons tourné avec un drone et cinq autres caméras. »

« Au-delà de la traversée elle-même, nous nous sommes vite aperçu qu’il était aussi très intéressant de montrer tout ce qui se passe autour. Au début, j’ai dû résoudre le problème de la langue. Evidemment, on pouvait recueillir les témoignages de Tatiana et de son équipe en anglais, mais quand elle a parlé en français, ses témoignages étaient plus sincères et riches. C’était la même chose pour le responsable du fil. Alors j’ai fait appel à mon frère qui parle bien français. Il nous a servi d’interprète. »

Dans le documentaire apparait aussi Rudy Omankowsky Junior, le mentor de la funambule. Le fils du fondateur de la troupe des Diables blancs vit en France où il a formé des générations de funambules au Centre national des Arts du cirque. Il est venu à Prague, sa ville d’origine, pour assister à l’exploit de Tatiana. On écoute Václav Flegl :

« Quand nous avons rencontré Tatiana pour la première fois, nous lui avons demandé s’il était important pour elle que cette traversée ait lieu justement à Prague. Elle nous a dit que oui, parce que les meilleurs funambules du monde étaient tchèques. Mes collègues et moi, nous étions assez surpris par ses propos, car nous ne connaissions pas ces artistes célèbres qu’elle évoquait et parmi lesquels figurait notamment Rudy Omankowsky. L’équipe du festival a eu l’idée le faire venir à Prague, sa ville d’origine qu’il n’a pas visité depuis très longtemps, pour qu’il puisse assister à la performance. C’était aussi une manière de rendre hommage à ces funambules réputés et à leur savoir-faire. Cela s’est réalisé, nous avons pu tourner avec Rudy Omankowsky et sa présence dans le film est très importante. »

'Une funambule sur Prague',  photo: Site officiel du Festival du film français

En août 2019, à l’occasion de son impressionnante traversée de la Vltava, Tatiana a d’ailleurs parlé de son amitié avec Rudy Omankowsky et aussi du plaisir que lui procure son métier au micro de Colin Gruel de Radio Prague :

Tatiana Mosio-Bongonga : « Je me suis entraînée avec Rudy Omankowsky Jr quand il était à Châlons-en-Champagne. Il me donnait des cours en cachette dans son école. Il était à la retraite, à l’époque. Ce qui est beau dans ce qu’il m’a donné, c’est qu’il m’a enseigné une méthode, une façon de faire. Et puis nous avions un rapport très différent de ce que ses élèves ont vécu. C’était une sorte de grand-père, nous avions une complicité, et j’avais une très grande liberté. J’ai eu beaucoup de chance. »

« Le moment où je suis sur le fil, c’est un moment chouette mais hors du temps, » raconte-t-elle. « Après la traversée, je ne comprends pas ce qui s’est passé, je ne me rappelle pas ce que j’ai fait. C’est seulement plus tard, en visionnant les images que je m’y reconnecte, comme si j’étais partie ailleurs. Après, dans le retour, ce qui est agréable, ce sont les gens qui viennent me prendre dans leurs bras, pas les autographes ou les questions des journalistes : plutôt les personnes qui sont touchées, et qui vont me faire de grands sourires, c’est la meilleure récompense. »

'Une funambule sur Prague',  photo: Site officiel du Festival du film français

Dans le film, Tatiana fournit de nombreux détails sur sa technique : elle montre ses chaussures spéciales, parle de la musique live qui la porte lors de la traversée, des réactions du public et de ses propres émotions. C’est ce côté humain que le réalisateur Václav Flegl a voulu mettre en valeur dans son documentaire :

« Ce qui me fascine, ce sont évidemment ces performances exceptionnelles qui ont en plus une valeur artistique. Mais derrière ce professionnalisme se cachent  des choses précieuses que dévoile le film : de belles personnalités, de l’amitié, de la coopération… J’ai beaucoup aimé la façon dont les membres de l’équipe de Tatiana se sont comportés comportent les uns avec les autres. Je suis ingénieur du son de profession, et je dis toujours qu’un documentaire devrait faire vibrer tout ce qui est bon, porter un message humain fort et positif. Dans ce cas, nous avons eu de très bons protagonistes pour cela. »

Le documentaire « Une funambule sur Prague » est disponible dès ce lundi soir et pendant une journée sur la plateforme Dafilms.cz dans la section du Festival du film français. La 23 édition du festival se poursuit jusqu’au 25 novembre.

https://www.festivalff.cz/

https://dafilms.cz/