A la veille des grandes vacances les députés ont modifié les pouvoirs de la police

r_2100x1400_radio_praha.png

Plus de contrôles radar effectués par la police municipale, plus de constats pour les accidents de la route sans victime ou blessé quand les dégâts sont inférieurs à 100 000 couronnes (4 000 euros), mais aussi de nouveaux pouvoirs pour les policiers. C’est ce qu’ont décidé les députés en approuvant la nouvelle loi sur la police. L’article interdisant les contrôles de vitesse par les policiers municipaux a suscité un tolé de critiques.

C’est lors de leur dernière séance, avant les grandes vacances, que les députés ont adopté la nouvelle loi sur la police, donc à une période de l’année où les policiers devraient être particulièrement présents sur les routes et autoroutes tchèques. En effet, c’est ce vendredi, après que les écoliers aient reçu leurs bulletins de notes, que commencent les grands départs en vacances. Le début des vacances est toujours assez tragique sur les routes et pour cela la police, comme tous les ans, a préparé pour les jours à venir un grand nombre d’opérations qui devraient contribuer à la sécurité routière. Dans ce contexte, l’article de la nouvelle loi sur la police adoptée par la Chambre des députés mercredi, qui interdit à la police municipale d’effectuer des contrôles de vitesse à l’aide de radars, est considéré comme une atteinte à la sécurité routière aussi bien par les policiers que par le ministre de l’Intérieur ou les maires des communes quelle que soit leur importance. L’argument avancé par les députés qui ont voté pour l’article en question est que la police municipale ne contrôle pas la vitesse pour des raisons de sécurité mais pour que le budget des communes s’enrichisse avec les contraventions. Ceci est catégoriquement réfuté par le ministre de l’Intérieur, Ivan Langer. On l’écoute :

Le ministre de l’Intérieur, Ivan Langer, photo: CTK
« Je pense que ce changement a été décidé à la hâte. De tels changements demandent une large discussion et une analyse détaillée. Cette mesure ne peut conduire qu’à la détérioration de la situation sur les routes tchèques et on ne peut vraiment pas en attendre une amélioration de la sécurité. »

D’après l’adjoint au maire de Prague, Rudolf Blažek, les contrôles de vitesse effectués par la police municipale ont largement contribué à l’amélioration de la sécurité routière dans la capitale. Il présente des chiffres concrets :

« Il y a eu 61 morts sur les routes de la capitale en 2005, 56 en 2006 et seulement 33 en 2007. La vitesse qui est la principale cause des accidents de la route a baissé de 40 % en 2007 en comparaison avec 2006. Cette tendance continue cette année avec une nouvelle baisse de 20 %. »

L’Intérieur et les municipalités comptent sur le renvoi de la loi sur la police à la Chambre des députés. Pourtant, cela n’est pas sûr, car certains sénateurs ont déjà laissé entendre qu’ils voteraient pour. Après, ce sera encore au président de la République de décider, mais son veto éventuel ne peut que renvoyer la loi devant les députés.