série

1) Le ratier de Prague

Le ratier de Prague
0:00
/
0:00
episode précédent
episode suivant

Chien d’apparence chétive, le ratier de Prague surprend toutefois par son intelligence, sa santé robuste, son caractère joueur et son goût pour les activités physiques. Dans la mesure de ses moyens, bien sûr.

Le ratier de Prague | Photo: Pavla Čiháková

Avec ses 21 à 23 cm au garrot et son poids adulte idéal de 2,6 kg, le ratier de Prague peut donner l’apparence d’un petit toutou d’intérieur fragile et paresseux. Pourtant, il se distingue particulièrement sur les parcours d’agilité et de poursuite à vue sur leurre, et est également capable de danser et de jouer au frisbee. Entièrement dévoué à son maître et à sa famille, le ratier de Prague fait toutefois preuve de beaucoup de méfiance à l’égard des inconnus. Un trait de caractère qui, associé à son aboiement perçant, en fait finalement un bon chien de garde. Et ce, même s’il est loin d’avoir l’apparence physique d’un cerbère.

Le ratier de Prague | Photo: Pavla Čiháková

Petit, mais farouche

Avec sa robe de poils courts et lisses de couleur noire et feu, le ratier de Prague est la plus petite des races au monde. La plus petite en termes de taille, bien sûr, puisqu’en termes de poids plume, c’est le chihuahua qui l’emporte.

Dame avec un chien par Henri de Toulouse-Lautrec,  1891 | Photo: Wikimedia Commons,  public domain

Le ratier de Prague serait également la plus ancienne des races de canidés tchèques, même si certains spécialistes estiment que le record d’ancienneté revient au barbu tchèque, un chien de type griffon.

Selon les sources, l’histoire du ratier de Prague remonterait au VIII siècle, voire au VIe ou au VIIe siècle. Quoi qu’il en soit, apparemment, au XIe siècle, le roi Boleslas Ier de Pologne (1058–1080) possédait deux ratiers de Prague originaires de Bohême. A l’époque, il n’était pas rare d’apercevoir ces petits chiens énergiques lors des banquets que les rois tchèques organisaient au château de Prague pour l’aristocratie. Membre à part entière des cours de l’aristocratie locale, le ratier de Prague a été offert en cadeau par les rois de Bohême à d’autres souverains d’Europe, avant d’être adopté par la population.

Vladimíra Tichá, de l’Union cynologique tchéco-morave, revient sur la fonction initiale de cette race de chiens :

Deux chiens qui traquent une souris par A.F. Tait | Photo: Wikimedia Commons,  public domain

« A l’origine, le ratier de Prague était un chien de ville, et son nom – ‘krysařík’, le ratier – indique qu’il n’était pas élevé comme animal de compagnie, mais pour préserver les habitations urbaines des rongeurs indésirables. En clair, il était alors là pour chasser les rats. Ceux qui estiment que le ratier de Prague n’en serait plus capable aujourd’hui se trompent. Mais cela dépend énormément de son maître, et de la façon dont il se comporte avec son ratier de Prague – ou avec tout autre race de chien, d’ailleurs : s’il a peur qu’il ne lui arrive quelque chose et qu’il le surveille sans arrêt, s’il le transporte en poussette, il en fera une chochotte qui n’aura plus grand-chose à voir avec un chien. En revanche, si le maître se comporte avec son ratier de Prague comme avec un chien, il aura un compagnon de qualité, plein d’élan et joyeux. Bien sûr, en raison de sa taille, le ratier de Prague a ses limites, mais sinon, c’est un chien comme les autres. »

Le ratier de Prague | Photo: Pavla Čiháková

De chasseur de rats à animal d’agrément

Ainsi, si le ratier de Prague contemporain joue le rôle d’animal de compagnie, son instinct de chasseur peut facilement le reprendre. Même si de nos jours, c’est plutôt après des pigeons des villes qu’après des rongeurs qu’on le verra se précipiter.

Le ratier de Prague | Photo: Pavla Čiháková

Au cours du XXe siècle, le ratier de Prague est devenu moins populaire, et ce au profit du pinscher nain, avec lequel il est d’ailleurs souvent confondu. La race connaît toutefois un regain d’intérêt depuis les années 1980, avec une augmentation des éleveurs tchèques et slovaques qui les font se reproduire. Ainsi, ces vingt dernières années, quelques 4300 ratiers de Prague auraient été enregistrés au registre tchèque des chiens de pedigree.

Néanmoins, le ratier de Prague est peu répandu en dehors de la République tchèque. En 2019, la race a obtenu une reconnaissance à titre provisoire de la Fédération cynologique internationale. En attendant sa pleine reconnaissance – un processus qui pourrait prendre plusieurs années, voire plusieurs décennies – le ratier de Prague ne peut participer à des expositions canines qu’en République tchèque et en Slovaquie.

Le ratier de Prague | Photo: Kingskunky,  Wikimedia Commons,  CC BY-SA 4.0
mot-clé: