série

2) Le berger de Bohême

Le berger de Bohême
0:00
/
0:00

Célèbre garde-frontière de jadis, le berger de Bohême est aujourd’hui un compagnon idéal pour les enfants et adolescents, les sauveteurs et les sportifs… et les danseurs.

Le berger de Bohême | Photo: Klub přátel chodského psa

En 2019 – la même année que le ratier de Prague, auquel nous avons consacré le premier épisode de cette série – le berger de Bohême a obtenu une reconnaissance à titre provisoire de la Fédération cynologique internationale. Mais le parallèle s’arrête là, car en termes de physique, le berger de Bohême n’a pas grand-chose à voir avec le chien de poche qu’est le ratier de Prague… En effet, le « chodský pes » (de son nom tchèque) est une race de taille moyenne, mesurant 49 à 55 cm au garrot et pesant 18 à 25 kg.

Ceci n’est pas un berger allemand

Il se distingue par la position et le port de ses oreilles courtes, par son cou et son échine allongés, et par son poil long – un physique qui pourrait le faire confondre avec le berger allemand. Vladimíra Tichá, cynologue et porte-parole de l’Union cynologique tchéco-morave, précise toutefois ce qui le différencie de celui-ci :

Vladimíra Tichá | Photo: Archives de Vladimíra Tichá

« Un profane pourrait le confondre avec un berger allemand. Mais il est plus petit que le berger allemand et il a un dos plus droit, et un poil plus long. C’est une race absolument merveilleuse pour l’entraînement. Avec lui, vous pouvez faire de l’agility ou aller skier en montagne, et il saura aussi courir à vos côtés lors de vos sorties à vélo. Et si vous avez un enfant adolescent qui veut le dresser et lui apprendre à obéir, le berger de Bohême est le chien qu’il leur faut ! C’est une race merveilleuse. Il peut être en intérieur ou en extérieur, il ne se bat pas avec les autres chiens, il n’est pas méchant, il est facile à gérer et obéissant. »

« Danse avec les chiens »

Le berger de Bohême | Photo: Klub přátel chodského psa

Un chien de bonne composition, donc, et particulièrement affectueux avec les enfants – mais qui est également un excellent chien de garde. Aimant l’exercice physique, il convient à de nombreuses disciplines, qu’il s’agisse d’entraînement au secourisme, d’agility (sport canin dans lequel le chien évolue sur un parcours d’obstacles sous la conduite de son maître), de cani randonnée (randonnée pédestre au cours de laquelle la personne est harnachée à un chien), de disc dog (un sport qui consiste à faire rattraper au vol par un chien un frisbee lancé par son maître), de cynothérapie, d’obéissance canine ou de canitriathlon. Ou encore de dog dancing, un sport canin dans lequel le chien évolue avec son maître, avec lequel il présente une chorégraphie en musique. Vladimíra Tichá :

« Lors de l’exposition canine européenne de 2014, qui a eu lieu en République tchèque, une jeune fille a dansé avec un berger de Bohême. Elle a dansé sur la musique du film ‘Mrazík’. Si vous aviez entendu les applaudissements dans la salle ! Tout le monde s’en souvient encore. »

Le berger de Bohême | Photo: Klub přátel chodského psa

Gardien de sa région

Le dessin par Mikoláš Aleš d’un homme d’un peuple des Chodové avec un chien

Comme son nom français ne l’indique pas, le berger de Bohême tire son nom tchèque (« chodský pes ») des Chodové, un peuple identifié au Moyen Age et qui vivait dans la région historique de Chodsko. Il s’agit d’une petite région centrée autour de la ville de Domažlice et située au sud-ouest de la Bohême, au nord du massif de la Šumava et à la frontière avec la Bavière. Les Chodové, c’est-à-dire les « Marcheurs », vivaient au XIVe siècle dans les forêts, où ils étaient chargés de surveiller la frontière entre la Bohême et la Bavière. Sujets directs du roi de Bohême, en échange de leurs services, les Chodové bénéficiaient de nombreux privilèges et ainsi d’un statut social différent du reste de la population locale. Pour garder la frontière et les troupeaux, les Chodové utilisaient donc le berger de Bohême, un chien robuste et supportant bien les intempéries.

Le berger de Bohême | Photo: Klub přátel chodského psa

Par la suite, la race est quelque peu tombée dans l’oubli, même si quelques enthousiastes ont, en 1948, essayé de la faire reconnaître au niveau international – une tentative qui a échoué. La race aurait même pu s’éteindre sans l’intervention de deux cynologues tchèques, Findejs et Kurz, qui ont, à partir de 1982, retrouvé les propriétaires des derniers chiens de cette race. En quelques années, la race a ensuite pu être relancée.

Aujourd’hui, le berger de Bohême se voit toujours confier des tâches de garde, même si elles sont un peu différentes de celles du Moyen Age, comme l’explique le vice-président et directeur général du Club des amis du berger de Bohême Karel Peroutka :

Karel Peroutka avec le berger de Bohême | Photo: Archives de Karel Peroutka

« Je sais qu’il existe un berger de Bohême qui travaillait pour la police pénitentiaire, pour la recherche de drogues. Je pense qu’il a 13 ans maintenant, mais c’était vraiment un excellent chien parce que les bergers de Bohême sont vraiment excellents pour ces travaux avec l’odorat. J’ai moi-même dressé quelques chiens qui travaillent au service de sauvetage en Allemagne. Ils aident à retrouver les personnes perdues. »

Le berger de Bohême dans la culture et la littérature

Le berger de Bohême apparaît sur l’insigne original des scouts tchèques ainsi que sur celui des garde-frontières tchécoslovaques. Il est également présent dans la littérature, et notamment dans le roman historique de l’auteur Alois Jirásek « Psohlavci » (1884), publié en français en 1923 sous le titre « Les Têtes-de-chien », et dont le thème principal est une légende sur le chef des Chodové, Jan Kozina. Vladimíra Tichá :

'Les Têtes-de-chien' | Photo: Albatros

« Le berger de Bohême est une race à l’histoire étonnante. Tous les Tchèques ont lu Jirásek, et nous savons tous que les Chodové gardaient la frontière et avaient des chiens pour le faire. Par ailleurs, l’auteur Jindřich Šimon Baar a écrit à propos des Chodové et du berger de Bohême. »

Jindřich Šimon Baar était un prêtre catholique, poète et écrivain tchèque de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle, représentant du réalisme, de la prose rurale et du modernisme catholique. Il a œuvré à dépeindre la vie quotidienne et rurale de la région de Chodsko.

Le berger de Bohême | Photo: Klub přátel chodského psa

Autrefois chien garde-frontière, de nos jours, non seulement le berger de Bohême à un rôle bien différent, mais aussi il ne se cantonne plus à la région de Chodsko : à l’heure actuelle, il existerait quelque 1700 bergers de Bohême présents dans 15 pays de par le monde. Karel Peroutka, qui aime porter le costume traditionnel de la région de Chodsko lors des expositions canines, se réjouit de cette popularité internationale :

« Le berger de Bohême est désormais élevé dans le monde entier, mais surtout en Europe, bien sûr – dans les pays scandinaves, en Suisse, en Allemagne et en Hollande. En 2016, lors d’une exposition canine européenne dans la région de Chodsko, quelques 300 bergers de Bohême étaient présents. Cette année s’y tiendra l’exposition mondiale des bergers de Bohême, et nous nous attendons à une participation deux fois plus importante. »

Le berger de Bohême | Photo: Klub přátel chodského psa
mot-clé: