Hausse du nombre de sociétés tchèques installées dans des paradis fiscaux

Seychelles, photo: Hansueli Krapf, CC BY-SA 2.5 Generic

Au premier trimestre de cette année, le nombre de sociétés tchèques, dont le propriétaire a son siège social dans un paradis fiscal, a de nouveau augmenté. A la fin du mois de mars, ce chiffre a été de 13 168, constatant ainsi une augmentation de 68 sociétés tchèques. Les Seychelles, Panama et Chypre, restent les endroits les plus prisés. Ces données ont été révélées par la société de conseil Bisnode, qui a également fait savoir que l’intérêt que portent les entreprises à l’égard des paradis fiscaux va croître cette année, en raison de l’interdiction des actions anonymes en République tchèque.

Seychelles, photo: Hansueli Krapf, CC BY-SA 2.5 Generic
Selon l’analyste de Bisnode, Petra Štěpánová, les entrepreneurs, pour lesquels le maintien de l’anonymat de leur propriété reste d'une grande importance, auront de plus en plus recours à des sociétés étrangères dans le cadre de leurs activités commerciales.

Depuis le mois de janvier, les sociétés anonymes ne peuvent émettre des actions anonymes au détenteur. Un délai de six mois a été mis en place, afin que les actionnaires présentent l’état de leurs propriétés conformément à la loi. Les entreprises doivent inscrire leurs actions anonymes au Dépositaire central, les faire garder à la banque, ou alors les transformer en actions nominatives. Selon les statistiques du mois de mars, encore 12 000 sociétés ont en leur possession des actions anonymes, ce qui représente près de la moitié de toutes les sociétés anonymes en République.

Parmi, les adresses les plus attrayantes de paradis fiscaux restent les Seychelles: 43 nouvelles entreprises tchèque s’y sont inscrites au premier trimestre de cette année, et ce malgré le fait que l’île a endurci sa législation liée au domaine de la propriété anonyme. En dépit de la crise bancaire, l’intérêt est également porté à l’égard du Panama et de Chypre. Un tiers des entreprises tchèques ont également leur siège social aux Pays-Bas.

Néanmoins, les statistiques publiées par Bisnode ne révèlent qu’une infime partie de la réalité, dans la mesure où, selon Petra Štěpánová, le nombre réel de sociétés utilisant les paradis fiscaux est beaucoup plus important. La société de conseil prend en compte seulement les liens directs entre les sociétés tchèques et les sociétés étrangères. Dans le cas, où l’entrepreneur utilise une autre entreprise comme un intermédiaire dans le cadre de la formation de des structures internationales, et ce par exemple dans la ville très prisée de Londres, ces données n'intègrent pas ces statistiques.