Observations du FMI

r_2100x1400_radio_praha.png

Autant le F.M.I. est content de la politique financière de la banque centrale tchèque, autant il a des réserves sur la politique budgétaire de l'exécutif. Ce pourquoi, il demande au gouvernement de Milos Zeman de réformer les finances publiques, le met en garde contre toute augmentation éventuelle de la dépense publique, qualifiée d'incompatible avec la croissance économique, et l'invite à s'abstenir de fonder ses prévisions sur des revenus aléatoires de la privatisation.

Et, de fait, le gouvernement se ressaisit de lui-même et l'on parle déjà d'une révision à la baisse des allocations budgétaires. Les différents ministériels recevraient jusqu'à 15 milliards de couronnes de moins que prévu. Le gouvernement n'est plus en mesure d'arrêter le déficit budgétaire 2001 à 49 milliards de couronnes, soit l'équivalent de 8 millairds de FF. Il entrerait cette année aux caisses de l'Etat une somme inférieure de 10 à 15 milliards aux prévisions fiscales, lesquelles auront été exagérées, selon le vice-ministre des Finances, Eduard Janota.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture