série

8) L’île de Kampa : la petite Venise de Prague

Photo: Magda Hrozínková
episode précédent
episode suivant

À Prague, l’île de Kampa est l’un des coins les plus romantiques du quartier appelé le Petit Côté (Malá Strana). La Vltava trace les contours de sa rive est, tandis que c’est le canal Čertovka qui la délimite à l’ouest. Abritant un grand parc et d’anciens moulins, cette zone ayant servi de résidence à nombre d’acteurs, d’artistes et de musiciens tchèques est aujourd’hui encore un îlot de calme privilégié. Il est possible de découvrir le canal Čertovka en bateau, et c’est pour cela que l’on qualifie parfois l’île de Kampa de « petite Venise de Prague ».

Photo: Ondřej Tomšů

Passeur sur la Vltava, Zdeněk Bergman est convaincu que c’est depuis le fleuve que l’on a la meilleure vue sur la capitale. Il organise aujourd’hui des croisières panoramiques en canots et bateaux historiques sur les flots de la Vltava, et les explications y sont fournies en plus de vingt langues. C’est en 1993 qu’il a lancé son activité touristique sur le canal Čertovka.

Zdeněk Bergman,  photo: Ondřej Tomšů

« J’avais pu mettre de côté des fonds en faisant la cueillette des pommes et du raisin dans le nord de l’Italie. J’ai acheté mes premiers moteurs hors-bord, remis en fonctionnement un vieux bateau à vapeur datant de ma jeunesse, et j’ai commencé à organiser des croisières panoramiques sur le canal Čertovka. Dès le début, j’ai souhaité que ces croisières soient accompagnées d’explications visant à partager avec les touristes le genius loci de Prague. »

Photo: Ondřej Tomšů

« Nous nous trouvons actuellement sur l’embarcadère au niveau du pont Judith, sur la place des Croisés (Křižovnické náměstí), où se trouve également le musée du Pont Charles. D’ici on voit un long tunnel que l’on appelle le canal souterrain de la Vieille-Ville. Il s’agit là des plus anciennes constructions du premier arrondissement de Prague. En effet, l’arche du pont Judith date de 1169, et le couvent de l’ordre des Croisés de 1252. On peut également voir l’arche d’origine du pont Charles ainsi que l’arche qui comble l’espace entre le pont Judith et le pont Charles, et qui forme ainsi la place des Croisés. »

Photo: Ondřej Tomšů

Rendu accessible par Zdeněk Bergman et connu par très peu de Pragois, ce long canal souterrain accueille le port de l’entreprise Pražské Benátky (la Petite Venise de Prague), où mouillent actuellement huit bateaux. Il s’agit de répliques de bateaux qui naviguaient sur la Vltava à la fin du XIXe siècle, et qui étaient inspirés de rudimentaires canots d’eau douce sans cabine appelés naháči (les tout-nus) naviguant sur la Vltava entre České Budějovice et Prague dès la seconde moitié du XVIe siècle.

Du canal souterrain du pont Charles au canal Čertovka

Photo: Ondřej Tomšů

À bord du « Vodouch », nous naviguons depuis la Vieille-Ville en direction de la rive opposée de la Vltava, où se trouve le quartier du Petit Côté et l’île de Kampa. Si Kampa est toujours qualifiée d’île, elle n’est en réalité plus qu’une presqu’île, et ce depuis les opérations de régulation réalisées sur le canal Čertovka en 1915. Čertovka est un canal de 740 mètres de long que l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem avait fait creuser pour actionner les moulins à eau du Petit Côté. Zdeněk Bergman raconte l’histoire de Kampa, qui n’était autrefois que champs, vignes et jardins :

Le canal Čertovka,  photo: Magdalena Hrozínková

« Toutes les îles de Prague sont constituées de sédiments sableux charriés par la rivière. Le canal Čertovka a toujours séparé l’île de Kampa du Petit Côté, et dès le XIIe siècle, il formait une tranchée remplie d’eau autour de la cour du couvent de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, il portait le nom de chenal de Rožmberk. L’île de Kampa, qui constitue la berge est du canal Čertovka, a été stabilisée à la suite de l’incendie du quartier du Petit Côté de 1541. Cet incendie a provoqué la disparition non seulement de nombreuses maisons, mais également des Zemské desky, les anciennes ‘tables de la loi’ du pays. Les gravats des maisons du Petit Côté ont alors été déposés à Kampa. Au XVIe siècle, c’est sur cette île consolidée qu’ont été construites des maisons bourgeoises, alors que les autres îles de Prague n’ont été habitées qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. »

Photo: Magdalena Hrozínková

La légende voudrait que le nom du canal Čertovka – dont la racine est čert, le diable – trouve son origine dans une habitante particulièrement hargneuse de l’île qui lavait régulièrement son linge dans le chenal. À l’origine, l’île de Kampa était le terrain des lavandières, des meuniers et des artisans, et notamment des potiers. Des marchés potiers y étaient organisés autrefois. Aujourd’hui, on y trouve encore un atelier de céramique.

Quant aux moulins, l’île en comptait autrefois neuf, mais seuls trois d’entre eux existent toujours. Le moulin du Grand Prieuré (Velkopřevorský mlýn) est celui qui est le mieux conservé. Il a fonctionné jusqu’en 1936, et sa roue de huit mètres tourne toujours pour le plaisir des passants.

Le moulin du Grand Prieuré  (Velkopřevorský mlýn),  photo: Magdalena Hrozínková

Quant aux pêcheurs, ils sont toujours chez eux sur l’île de Kampa et dans le canal Čertovka.

« Le canal Čertovka a d’ailleurs le statut de zone de frai. En effet, au niveau du pont Charles, la Vltava est on ne peut plus riche en poissons, comblant les pêcheurs du quartier ainsi que les touristes en quête de couleur locale. Nous, nous prenons soin de nos pêcheurs, dont certains ont plus de 90 ans, dont 50 années passées à pêcher au niveau du pont Charles. Pour moi, ils sont la mémoire vivante de Prague. »

Zdeněk Bergman explique également que le canal Čertovka faisait il y a encore peu le plaisir des amateurs de canoë-kayak :

« À la fin des années 1980, le canal de Čertovka a été modifié et rétréci de plus de deux mètres de chaque côté. Mais jusqu’à la révolution de Velours, en 1989, c’était le territoire du club de canoë-kayak de l’Université technique de Prague. Il y avait suffisamment d’eau pour que des portes de slalom y soient installées, et que des entraînements – et même des compétitions – y soient organisés. Le tirant d’eau de nos bateaux n’est que de 38 centimètres, ce qui nous permet de naviguer même sur des canaux peu profonds tels que le canal Čertovka ou le canal souterrain de la Vieille-Ville. »

Le canal Čertovka,  photo: Magdalena Hrozínková

Alors qu’en été la Vltava voit évoluer nombre de pédalos, barques et embarcations de toutes tailles, le canal Čertovka est bien plus tranquille. Ce qui ne signifie pas forcément que la navigation s’y fasse sans écueil :

« Après avoir projeté puis construit ces bateaux, il m’a tout d’abord fallu naviguer seul sur le canal et apprendre à passer sous l’arche de l’embarcadère, avant de pouvoir enseigner les manœuvres à nos capitaines. Il faut dire que naviguer dans cette zone est un art. Même pour les capitaines d’embarcations de grande envergure qui travaillent occasionnellement pour nous, ces manœuvres ne peuvent s’improviser et demandent des compétences certaines. Et bien évidemment, il leur faut également faire très attention aux bateaux plus grands que les nôtres. »

Photo: Ondřej Tomšů

Le passeur Zdeněk Bergman estime qu’un tour en bateau sur les eaux de la Vltava et du canal Čertovka permet de faire l’expérience d’une ambiance très particulière. Mais en quoi cela diffère-t-il d’une croisière sur la Seine, par exemple ?

« Comme Londres ou Vienne, Paris est une ville globalement plate. L’avantage avec Prague, c’est qu’une croisière sur la Vltava est une expérience en 3D, et non en 2D. Bien sûr, avec du bon vin, de la bonne bière ou quelques gourmandises à déguster, on pourrait même parler de 4D ou de 5D... Mais ici, avec les collines et les tours qui caractérisent la ville, la perception que l’on en a est très différente de celle d’autres métropoles européennes. »


Le parc Kampa et la villa Werich

Le parc Kampa,  photo: Archives de Radio Prague Int.

Avec son parc et sa partie faite de constructions, la très tranquille île de Kampa a de tous temps attiré les grandes personnalités tchèques, comme par exemple l’illustrateur Adolf Kašpar, les compositeurs Josef Mysliveček et Bohuslav Martinů, la peintre Zdenka Braunerová, la chanteuse Eva Olmerová ainsi que les acteurs Eduard Kohout et Josef Vinklář.

À l’entrée du parc se trouve une villa qui porte le nom du plus célèbre des résidents de Kampa, l’acteur, auteur dramatique et écrivain tchèque Jan Werich. À l’origine, une tannerie se trouvait à cet endroit. Cependant l’aristocrate et mécène František Antonín Nostic-Rieneck l’a fait reconstruire pour Josef Dobrovský, philologue et personnalité éminente du réveil national tchèque qui fut tuteur dans la famille princière des Nostitz.

La villa Werich,  photo: Štěpánka Budková

Ruth Peterová, guide à la villa Werich, nous en dit plus à ce sujet :

« Autrefois, l’île était séparée en trois jardins : le jardin Michna, le jardin Wallenstein et le jardin Nostitz. À cette époque, Kampa se trouvait en périphérie de Prague, et cette villa servait de résidence d’été dans le jardin Nostitz. Cependant, pour que Josef Dobrovský puisse y vivre toute l’année, il fut nécessaire d’y apporter des modifications. C’est ainsi qu’est née la villa néo-classique telle que nous la connaissons aujourd’hui. La reconstruction a débuté en 1803, sous les instructions de l’architecte Jan Palliardi. »

Plus tard, au début du XXe siècle, l’historien de l’art spécialiste de Prague Zdeněk Wirth y a également résidé, tout comme l’archéologue, traducteur et père des études de coréen en Tchécoslovaquie Han Hŭng-su.

La villa Werich,  photo: Magdalena Hrozínková

La villa Werich se trouve dans le premier arrondissement de Prague, et depuis 2015, c’est la Fondation Jan et Meda Mládek qui est chargée de sa gestion, ainsi que de celle du Musée Kampa tout proche. Suite aux inondations de 2002, la villa s’est retrouvée dans un état de délabrement avancé, mais elle a depuis lors fait l’objet de travaux importants.

« Nous nous trouvons maintenant au rez-de-chaussée de la villa, là où se trouvait autrefois l’un des deux appartements qui la composaient. Le second appartement occupait l’étage de la villa. C’est là que vivait Jan Werich, tandis que le poète Vladimír Holan vivait au rez-de-chaussée, dans ce qui est aujourd’hui devenu le café de la villa. »

La villa Werich,  photo: Štěpánka Budková

Acteur et fondateur du Théâtre libéré de l’entre-deux guerres (Osvobozené divadlo), Jan Werich a vécu dans cette villa de 1946 jusqu’à sa mort, en 1980. L’acteur Jiří Voskovec, qui formait avec Jan Werich un duo inséparable jusqu’à son émigration aux États-Unis, y a également résidé pendant une courte période.

La vila Werich,  photo: Magdalena Hrozínková

Même si cette maison est appelée « villa Werich », elle n’a jamais appartenu à Jan Werich, et comme tous les autres locataires de renom, Werich y occupait un logement qui appartenait à la ville.

La vila Werich,  photo: Magdalena Hrozínková

Au sous-sol, qui constitue d’ailleurs la partie la mieux préservée de la villa, nous pouvons voir une petite exposition consacrée au quartier juif de Prague et à la légende du Golem. Ceci en hommage à la pièce du Théâtre libéré appelée « Golem » ainsi qu’au film « Císařův pekař-Pekařův císař » dans lequel Jan Werich tient le rôle principal. Le grenier sert quant à lui à l’organisation de représentations de pièces de théâtre, tandis qu’à l’étage, on peut visiter l’appartement de Jan Werich mais aussi voir une exposition consacrée au Théâtre libéré. Ou encore jeter un œil à une petite pièce se trouvant sous l’escalier :

Ruth Peterová,  photo: Magdalena Hrozínková

« Les étudiants de la FAMU, l’Académie du film de Prague, ont créé cette petite pièce dont la porte est équipée d’un judas. Lorsque vous regardez à travers celui-ci, c’est un garde-manger que vous voyez. En effet, Jan Werich et sa femme Zdeňka aimaient beaucoup recevoir, et ils avaient donc toujours des provisions en stock. Comme on peut le voir sur les photos, ils étaient toujours très entourés. Ils recevaient notamment la visite d’acteurs ou d’autres personnalités du monde de la culture, comme par exemple le chanteur Karel Gott. Sur cette photo, on voit Jan Werich tenant le disque que Karel Gott lui avait certainement offert en cadeau. »

La vila Werich,  photo: Magdalena Hrozínková

Les réveillons de Noël chez les Werich étaient également célèbres. Cela dit, depuis les fenêtres du palais Liechtenstein situé juste en face, les services de sécurité d’État surveillaient attentivement toutes les personnes qui leur rendaient visite. L’illustrateur et cinéaste d’animation Jiří Trnka était un de leurs visiteurs réguliers. Il était d’ailleurs voisin des Werich, puisqu’il avait acquis en 1960 une magnifique villa bleue et blanche rue Hroznová, où ses descendants vivent toujours.

La villa bleue et blanche de Jiří Trnka,  photo: Magdalena Hrozínková

Un agréable parc s’étend entre la villa Werich et le pont des Légions. Il a vu le jour dans les années 1940, et était alors destiné à servir de champ d’exercices militaire. Après la Seconde guerre mondiale, le parc a été transformé en jardin à l’anglaise tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Musée Kampa,  photo: Magdalena Hrozínková
La mur Lennon,  photo: Magdalena Hrozínková

Pour se reposer d’une promenade dans le parc de Kampa, on peut choisir de s’assoir un instant dans l’un des cafés au bord du canal Čertovka, par exemple le café Mlýnská Kavárna avec son intérieur d’époque datant du XIIe siècle, ou bien encore le Café Márnice qui, comme son nom l’indique, est installé dans une ancienne morgue. En chemin, on ne manquera pas de s’arrêter un instant aux anciens moulins Sova, qui accueillent aujourd’hui le musée Kampa et sa collection unique de tableaux de František Kupka, ni de faire une halte devant l’incontournable mur John Lennon, qui se trouve juste en face de l’ambassade de France et sur lequel les contestataires du régime communiste venaient exprimer leurs opinions.

14
50.085000000000
14.408100000000
default
50.085000000000
14.408100000000